publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Anémie ferriprive : Les traitements

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (03. juin 2014)

Si vous présentez une carence en fer (stade 1 et 2), préférez des aliments riches en fer : foie de veau, boudin noir, coquillages, chocolat noir, voire optez pour des compléments alimentaires riches en fer. Sachez que ce traitement apporté sous forme de comprimés, est souvent difficile à assimiler et nécessite plusieurs semaines avant d'être efficace.

Si l'origine de la perte de sang a bien été trouvé, il faudra proposer une traitement pour le solutionner et pour l'arrêter. Les pertes de sang peuvent être d'origine digestive (estomac, côlon...), gynécologique...

Quand on a trouvé la cause, il faut à la fois la soigner et pallier la carence en fer. Par exemple, si les règles sont trop abondantes, un traitement gynécologique s'impose. S'il existe un polype digestif expliquant l'anémie ferriprive, il faut enlever ce polype...

Pour les autres cas, comment remédier à la carence en fer ? Une alimentation riche en fer et un traitement à base de fer donné par voie orale, s'imposent.

Pour les femmes enceintes qui souffrent souvent d'un manque de fer, le médecin prescrit généralement un traitement à base de fer vers le 6e mois, ainsi qu'une alimentation riche en fer. Cela permet une réduction du risque d'anémie ferriprive et une augmentation des taux d'hémoglobine et de ferritine.

Très exceptionnellement, le traitement se fera par voie intraveineuse à l'hôpital.
En cas d'anémie ferriprive importante, des transfusions de sang peuvent être nécessaires. C'est le cas, par exemple, lors d'hémorragies abondantes.

En revanche, la pratique qui consiste à prendre des compléments de fer régulièrement sans encadrement médical, est largement répandue, mais n'est pas conseillée, si aucune carence en fer n'est identifiée. Cela peut être dangereux.


publicité