publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Angoisse - Crise d'angoisse : angoisse de mort

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (25. avril 2016)

L'angoisse de mort ne doit pas être confondue avec la peur de mourir qui est un sentiment normal de survie que la grande majorité des personnes éprouvent. L'angoisse de la mort se définit plutôt comme une angoisse psychotique. Elle peut avoir différentes formes : l'angoisse de mort imminente, ou encore l'angoisse de mort existentielle.

L'angoisse de mort imminente correspond à une "peur maladive" de mourir ou de voir mourir des proches. De nombreux événements de la vie de tous les jours peuvent provoquer et nourrir cette angoisse : transports en voiture, mort subite... Cette peur peut devenir obsessionnelle et perturber totalement le quotidien de la personne qui en est victime.

L'angoisse de mort existentielle, quant à elle, correspond à un sentiment profond de vacuité. Mourir étant liée à la perte de son existence, peut signifier perdre tout sens de soi, de sa vie. En focalisant son attention sur ce sujet, la personne va nourrir ses questionnements et ses craintes. La personne ayant peur de perdre le contrôle d'elle-même, peut avoir des épisodes de peur panique. Ce problème survient plus souvent chez un sujet qui manque de confiance. Il essaie de garder le contrôle de son existence, mais n'y parvient pas et angoisse à cette idée... Il est assez normal d'avoir une crainte de la mort, mais accepter la mort et ne pas (trop) angoisser à son sujet, c'est avoir confiance en la vie.

Les signes de l'angoisse de mort sont des pensées obsesionnelles de la mort, et tout ce qui s'y rapporte : peur des infections, des maladies, comportement hypocondriaque... qui concerne sa propre personne ou un proche. Tout ce qui est lié à la mort - des mots liés au décès, la couleur noire... - peut être même redouté par la personne. Elle ne les supporte pas. La phobie de cet univers s'est installée dans sa tête. Et si rien n'est fait pour corriger cette phobie, le mal et la souffrance qu'elle entraîne, s'étendent et gênent de plus en plus le quotidien, la vie sociale de la personne qui est en victime.

Les traitements différent légèrement selon le type d'angoisse de mort (imminente ou existentielle). La thérapie comportementale peut certainement aider la personne qui en souffre, et apaiser ses souffrances, et même les vaincre. La prise de médicaments, comme des anxiolytiques, ne peut être qu'une solution transitoire, et surtout indiquée en cas de peur panique.



publicité