publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Angoisse - Crise d'angoisse : le diagnostic

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (25. avril 2016)

Lorsque la crise survient, surtout lorsqu'il s'agit d'une des premières crises, il est nécessaire d'aller consulter son médecin rapidement, pour en déterminer l'origine, organique ou psychique, établir un diagnostic précis des troubles.

Mais, comme la crise d'angoisse peut revêtir plusieurs formes, le diagnostic peut être long à affirmer. Et c'est le problème. Car bien sûr, pour le médecin, avant d'envisager un problème d'angoisse, il doit rechercher un éventuel problème oragnique grave (comme un trouble cardiaque). Le temps de voir qu'il ne s'agit pas d'un problème cardiaque ou digestif (et cela peut prendre plusieurs années), le patient a le temps de se « chroniciser » : les crises d'angoisse deviennent alors de plus en plus fréquentes et la crainte d'une nouvelle crise de panique génère de nouvelles angoisses. C'est le cercle vicieux. Les symptômes mentaux et les symptômes physiques s'aggravent mutuellement. Apparaissent, alors, dans bien des cas, des phobies.

Si la crise survient, par exemple, dans une certaine situation (cinéma, transports, etc.), la personne apprend à éviter cette situation et à la craindre. Si les crises de panique surviennent n'importe où, n'importe quand, l'angoisse devient permanente et la personne se retrouve cloîtrée dans une sorte de prison mentale. Il faut savoir que de nombreuses personnes atteintes de ce trouble, tentent de mettre fin à leurs jours.

Mais le diagnostic d'angoisse peut aussi s'établir de façon plus rapide et évidente, chez certaines personnes, surtout quand les manifestations physiques sont moins critiques, et que la personne est anxieuse, ou même a des tendances phobiques, ou dépressives...


publicité