publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Angoisse - Crise d'angoisse : les thérapies

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (25. avril 2016)

Plusieurs techniques de thérapie sont possibles pour prendre en charge des angoisses :

> Les thérapies comportementales et cognitives :
L'avantage de ces thérapies, c'est leur rapidité. Il s'agit de thérapies courtes (quelques mois) au cours desquelles le thérapeute va apprendre au patient à « désapprendre » ses mauvais réflexes et à acquérir de nouvelles réponses mieux adaptées. Cela ressemble à un déconditionnement.
On imagine que la crise d'angoisse et ses symptômes, sont une sorte de réflexe conditionné. À telle situation de stress, à tel lieu ou à tel moment, correspond une réponse anxieuse inappropriée. Il peut s'agir d'une phobie provoquant la crise d'angoisse, par exemple.

Lors des séances de thérapie comportementale et cognitive, le patient va apprendre à apprivoiser ses peurs, ses angoisses. S'il souffre d'une phobie, il va, peu à peu, et par des exercices pratiques, imaginer l'objet phobique, réussir à en parler, puis à l'approcher. Il pourra, ainsi, vérifier, avec l'aide du thérapeute que le danger est imaginaire et qu'il n'a pas de risque d'en mourir. Puis, il va apprendre de nouvelles réponses adaptées.

En cas de phobie sociale, par exemple, le thérapeute lui enseignera des méthodes pour se sentir plus à l'aise en société. C'est l'aspect comportemental de la thérapie. Et dans le domaine cognitif, le patient apprendra à identifier le schéma de pensée qui l'amène à ces crises d'angoisse. Contrairement aux thérapies analytiques, il n'aura pas à fouiller ses souvenirs d'enfance pour tenter d'y découvrir l'événement traumatique.

> Les thérapies analytiques :
Elles sont plus longues que les thérapies comportementales et cognitives, mais leur but est d'aller plus au fond des choses. Pour cela, elles peuvent être un relais aux thérapies comportementales et cognitives. Une fois les symptômes vaincus, on peut chercher à en trouver l'origine. Les thérapies analytiques peuvent se faire en vis-à-vis, en dialogue avec le thérapeute, ou allongé sur le fameux divan. Force est de reconnaître que ces dernières années, on leur préfère de plus en plus d'autres techniques qui semblent montrer de meilleures résultats et de façon plus rapides, comme les thérapies comportementales.

> L'hypnose :
N'imaginez pas que le thérapeute vous hypnotisera à chaque séance ! Il pourra utiliser la technique de l'hypnose une ou deux fois, seulement. Le temps de lever le blocage et de vous permettre de mettre les mots, plus facilement, sur vos maux. Les techniques d'hypnose sont très efficaces sur l'angoisse. L'état de grande relaxation dans lequel vous serez plongé, vous permettra d'exprimer plus facilement votre malaise. Par la suggestion, le thérapeute pourra vous aider à acquérir de nouveaux "réflexes".

> Les techniques douces :
Si vous souffrez d'une angoisse passagère, pas trop invalidante, vous pouvez envisager des méthodes de relaxation telles que la sophrologie ou le yoga. Ces techniques sont assez prisées aujourd'hui. N'hésitez pas, non plus, à vous documenter. Il existe de nombreux livres qui traitent de votre cas. Lisez-les. C'est une bonne manière de domestiquer et de comprendre vos troubles. Vous n'êtes pas les seuls à les éprouver. Et, lorsque certaines situations vous gênent, si cela n'a pas encore tourné à la phobie, ne cherchez pas à les éviter. C'est la répétition d'évitements qui génère les grandes peurs.


publicité