publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Anorexie - Anorexie mentale : Le rôle des parents

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (04. mars 2015)

Il est souvent très difficile pour les parents d'intervenir directement. L'entourage se sent démuni... ne sait comment aborder le problème. D'abord la maladie apparaît au moment de la « crise d'adolescence » où la communication parents-enfants n'est pas toujours très simple. Bien souvent, la jeune anorexique se trouve dans une famille en souffrance où la communication est parfois source de conflits.

Ensuite, la jeune fille elle-même ignore qu'elle est malade. Elle souffre d'angoisses, de dépression parfois, et son amaigrissement ne lui apparaît pas clairement. Il est donc difficile pour les parents de parler d'anorexie directement avec leur enfant. Et quand ils y parviennent, la solution ne surgit pas pour autant facilement. Il y a des moments de doute, d'angoisse... Des familles gardent (à tort) leur secret. D'autres parents auront besoin de parler, d'être soutenus.

Les parents doivent en parler et surtout ne pas rester dans le déni. Le meilleur moyen est peut-être de passer par un tiers en qui la jeune fille aura confiance : le médecin traitant, par exemple, à condition qu'il prenne le temps de parler avec sa jeune patiente.

De par son symptôme, la jeune fille éprouve un sentiment de contrôle et de maîtrise sur elle-même et sur son environnement. Elle n'a donc pas forcément « intérêt » ou envie de se séparer de ce symptôme, tout du moins, au début de sa maladie. Elle aura donc tendance, dans son discours, à donner des arguments rationnels (choix végétarien, raisons professionnelles ou choix esthétique...) pour justifier son comportement alimentaire.

La jeune anorexique est souvent une jeune fille intelligente et légèrement manipulatrice, avec laquelle il est difficile d'aborder la question de sa pathologie. Tout cela crée beaucoup d'angoisse, aussi bien pour la jeune malade que pour sa famille et ses soignants. Le médecin aura donc pour rôle de créer une « alliance thérapeutique ». Une thérapie familiale peut être conseillée. Elle aura pour effet de déculpabiliser la jeune fille.


publicité