publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Anorexie - Anorexie mentale : Les symptômes

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (04. mars 2015)

L'anorexie mentale se manifeste par une triade de symptômes : anorexie, amaigrissement, et absence ou arrêt des règles (autrement dit aménorrhée). Mais contrairement à ce que son nom indique, l'anorexie ne correspond pas à une perte d'appétit. Elle résulte d'une restriction alimentaire volontaire, qui peut par la suite évoluer vers une perte d'appétit. Ce symptôme alimentaire s'associe à une perception fausse de son corps (ou dysmorphophobie).

La jeune fille se juge trop corpulente, mal faite et souhaite maigrir au-delà du raisonnable. Au début, l'adolescente peut commencer par un régime pour corriger des rondeurs, réelles ou imaginaires. Mais au lieu de s'arrêter, une fois les quelques kilos superflus perdus, elle poursuit son régime qui devient de plus en plus contraignant, jusqu'au moment où elle refuse pratiquement toute alimentation.

Les repas deviennent une véritable source d' angoisse et de conflits au sein de la famille, où toute l'attention est focalisée sur l'assiette, toujours pleine... et qui ne se vide pas. Parfois, loin des regards, celle-ci « craque » et avale d'un coup une grande quantité de nourriture : c'est un épisode de boulimie. Cet accès de voracité est vécu comme un échec qui amène la personne à se faire vomir pour déculpabiliser.

Ces privations entraînent un amaigrissement très important pouvant atteindre, dans les cas les plus critiques, la moitié du poids normal. La maigreur est, d'ailleurs, l'un des premiers symptômes qui amène les parents à consulter un médecin, souvent contre le gré du malade qui prétend aller bien.

L'anorexie est une maladie grave qui - dans les cas extrêmes, peut aller jusqu'au décès. Les premiers troubles apparaissent quand la perte de poids devient trop importante. En pleine période de changement, l'adolescente va souffrir de carences en vitamines, en minéraux ( calcium), en fer, etc. Autant de nutriments normalement apportés par l'alimentation.

Si l'anorexie touche l'enfant plus jeune, elle provoque un ralentissement de la croissance. Ces carences vont fragiliser l'organisme, le rendre plus sensible aux infections, les ongles et les cheveux vont être secs, cassants. A la longue, la dénutrition peut entraîner des troubles cardiaques et hormonaux. En plus de son refus de s'alimenter, le jeune peut avoir d'autres conduites dangereuses comme se faire vomir ou abuser de laxatifs qui peuvent entraîner une perte de potassium, toujours dangereuse. La perte de poids, quand elle devient critique, nécessite l' hospitalisation... parfois en réanimation.


publicité