publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Anxiété : Les traitements

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (02. juin 2015)

En fonction de ses recherches, le médecin généraliste, un psychologue, ou un médecin psychiatre adaptera la prise en charge et le traitement de l'anxiété. Si le patient souffre de problèmes anxieux sans contexte médical, ni psychiatrique particulier, le traitement commencera par des explications au patient sur les troubles qu'il ressent.

Des mesures de bonne hygiène de vie sont recommandées pour lutter contre une anxiété : baisse éventuelle de la consommation de café, pratique régulière d'une activité physique, diminution - le mieux est l'arrêt - des consommations de tabac et d'alcool qui aggravent l'anxiété. On peut aussi se lancer dans des activités comme le yoga.

En plus, une thérapie cognitive et comportementale est souvent nécessaire, même si certains psychologues préfèrent l'approche psychanalytique.

La thérapie cognitivo-comportementale consiste d'abord à identifier les situations qui engendrent une anxiété, les circonstances "déclenchantes", et à analyser les pensées irrationnelles. L'objectif sera de réorganiser les attitudes et les réactions peu adaptées et exagérées du patient. C'est un travail qui s'effectue de manière progressive par étape : de la prise de conscience... au changement d'attitude et de réaction. Le patient a besoin d'être guidé dans cette thérapie par un médecin expérimenté ou un psychothérapeute. Quelques séances peuvent suffire.

De nouvelles thérapies ont vu le jour et portent un espoir pour l'anxiété. C'est le cas notamment de la thérapie basée sur la pleine conscience. Elle permet de prendre du recul, de prendre conscience de ses ruminations et autres mouvements de pensée et d'accepter – sans lutte – les états émotifs et les conditions externes qu'on ne peut pas changer.

Les traitements médicamenteux ne sont pas obligatoires. Parmi eux, des benzodiazépines ou encore des antidépresseurs sérotoninergiques peuvent être prescrits. Si le médecin en préscrit, il est recommandé de ne pas prendre ces médicaments au-delà de 8 à 12 semaines (car il existe des risques de dépendance à ces produits). Des médecins donnent aussi parfois un antihistaminique ou un antidépresseur.

D'autres préfèrent l'homéopathie, l'acupuncture ou la phytothérapie, comme le millepertuis, l'extrait de kava. Des stations thermales ont des indications pour ce type de troubles.

Nos conseils ? N'attendez pas l'aggravation de votre anxiété pour consulter. Mieux vaut en parler assez tôt à un médecin ou un psychothérapeute.
Et, chose importante à retenir : une psychothérapie bien conduite est souvent préférable aux médicaments.


publicité