publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Arthrose : les traitements

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (24. février 2016)

Les traitements sont d'abord symptomatiques, pour soulager la douleur liée à l'arthrose.

> Le paracétamol : lorsque les douleurs ne sont pas trop importantes, le paracétamol peut soulager. Lorsqu'il n'y a pas d'inflammation de l'articulation, l'efficacité du paracétamol peut être suffisante. Il est de plus bien toléré par le système digestif. Mais il faut le prendre à heure fixe, tout au long de la journée, en trois ou quatre prises car sa durée d'action ne dépasse pas quelques heures.

> Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) : ils sont la meilleure réponse en cas d'arthrose avec douleur et gonflement, lorsque l'inflammation est présente. Ils sont donc indiqués en cas de crise douloureuse en courte cure. Le problème est qu'ils créent des effets digestifs indésirables, pouvant aller jusqu'à l'ulcération de l' estomac. Attention de ne pas prendre les anti-inflammatoires longtemps surtout si l'on est âgé.

> Les anti-arthrosiques symptomatiques d'action lente ou AASAL : ces médicaments sont dénommés ainsi car leur action est avant tout de réduire la consommation d'antalgiques et d'anti-inflammatoires, et d'améliorer la fonction articulaire car leur effet protecteur sur le cartilage n'est pas encore prouvé en dehors des études expérimentales.

Quatre molécules sont couramment utilisées en France, mais leur action ne se manifeste pas chez tous les arthrosiques, et ne survient pas avant plusieurs semaines ou plusieurs mois de traitement : la glucosamine sulfate ; la chondroïtine sulfate ; les insaponifiables d'avocat et de soja ; et la diacerhéine. Elles diffèrent dans leur mode d'action, leur coût et leur tolérance.

Des études ont permis de constater, à la radiographie, un ralentissement de la progression de l'arthrose et du pincement chez certains patients, sous usage d'anti-arthrosiques d'action lente. Il est donc possible que ces molécules aient un effet sur la structure même du cartilage et l'évolution de l'arthrose et pas seulement sur les symptômes.

Des médecins spécialistes (comme un rhumatologue) peuvent proposés d'autres traitements spécifiques comme dans le cas de l' arthrose du genou : injection intra-articulaire de cortisone s'il existe une forte poussée inflammatoire, ou injection d' acide hyaluronique... Les médicaments appelés les anti-arthrosiques symptomatiques d'action lente (ASLAA), comme la chodroïtine, les glucosamines semblent avoir des effets assez limités contre la douleur et les troubles fonctionnels, d'après la Haute Autorité de Santé (HAS).

Des soins de rééducation fonctionnelle, de kinésithérapie sont parfois prescrits (école du dos).


publicité