publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Asthme chez un enfant : les traitements

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (30. avril 2014)

Plus le traitement est précoce, moins les risques d’aggravation sont importants. Des traitements qui passent, en tout premier lieu, par le contrôle de l’environnement :

  • Ne pas fumer près d’un enfant, ça va de soi, encore moins près d’un enfant asthmatique.
  • Diminuer la présence des allergènes si votre enfant souffre d' asthme : pas de moquette, pas d’animaux dans la chambre de l’enfant (au moins...), faire la chasse aux acariens et utiliser des draps ou des housses anti-acariens. Attention à la poussière. Aérez ! L’air est toujours moins pollué dehors que dedans !
  • Apprenez, à lui comme à vous, à reconnaître les prodromes, les signes avant-coureurs de la crise d'asthme, pour pouvoir y faire face. Apprenez à bien manier les sprays (médicaments à inhaler).

Un traitement de fond ne sera envisagé qu’en fonction de la persistance des symptômes.

Le traitement de la crise

Le traitement de la crise d'asthme : l’inflammation des bronches, le rétrécissement de leur calibre provoque la crise d’ asthme avec ses difficultés à respirer, ses sifflements particuliers, l’ anxiété, l’oppression.

Les enfants asthmatiques connaissent bien les symptômes avant-coureurs de la crise. Pour eux, des sprays existent, très actifs et rapides d’action : ce sont les broncho-dilatateurs.

Des sprays ou des poudres faciles d’utilisation chez le grand enfant à condition qu'on lui ait appris à s’en servir.

Petit rappel :

  • Agitez l’aérosol,
  • Soufflez pour bien vider vos poumons,
  • Entourez l’embout de vos lèvres, hermétiquement fermées,
  • Inspirez en appuyant sur la cartouche du spray,
  • Retenez votre respiration 5 à 10 secondes.

Pour les tout petits, incapables encore d’utiliser les sprays, il existe des masques spéciaux auxquels sont adaptés des sortes de chambres d’inhalation, des réservoirs en plastique qui évitent au médicament de se volatiliser. Le maniement en est simple.

Si la crise ne cède pas aux broncho-dilatateurs, appelez très rapidement le médecin ou le 15.

Le traitement de fond

Un traitement de fond est parfois nécessaire, si les symptômes persistent.

Il s’agit principalement d’anti-inflammatoires qui permettent de réduire l’inflammation des bronches et leur hyper-réactivité. C’est sur ces deux plans qu’il faut traiter. Pour cela, sont utilisés les corticoïdes inhalés, ou les antileucotriènes.

Les bronchodilatateurs sont également associés aux anti-inflammatoires dans les formes persistantes modérées à sévères. Des bronchodilatateurs différents de ceux utilisés pour palier la crise. Leur durée d’action est plus longue, ce qui permet de maintenir le diamètre des bronches à un certain niveau d'ouverture, tout au long de la journée.

La désensibilisation peut marcher, à condition que l’élément allergène puisse être déterminé précisément (notamment certains pollens, et les acariens de la poussière de maison), que les allergies ne soient pas multiples.
Chez l’enfant, la désensibilisation ne sera envisagée que lorsque les crises sont régulières ou la gêne trop présente, et après stabilisation de la maladie par les traitements.

Vous voulez échanger, partager votre expérience ou avez besoin d'un conseil ? Rendez-vous dans nos FORUMS Asthme - BPCO ou Maladies infantiles !



publicité