publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Autisme : Activités appréciées par les enfants autistes

Publié par : Dr. Ada Picard (06. janvier 2017)

Certaines activités sont particulièrement appréciées et bénéfiques pour les enfants autistes. Leur intérêt étant de mettre leur sens en éveil, sans les angoisser. La sollicitation douce des sens, tels que le toucher, l'odorat, le goût, est un moyen de rentrer en communication avec le monde extérieur.

Voici des exemples d'activités qui correspondent à ces critères  :

  • L'équitation
    L'équitation est bénéfique, non pas pour qu'ils deviennent des cavaliers, mais pour leur apprendre à communiquer avec l'animal (par le toucher, et les sensations). C'est ce qu'on appelle l'équithérapie. Sur le dos d'un poney, ils choisissent la position qu'ils veulent : à plat ventre, le nez dans la crinière, à plat dos pour se laisser bercer... Cela demande la présence d'un moniteur d'équitation ayant les compétences pour faire « travailler » ces enfants difficiles ET la présence active de 2 éducateurs.
  • La piscine
    La piscine est le plus souvent très appréciée. L'eau leur permet de prendre conscience de leur corps en douceur. Dans cet environnement, les enfants autistes sont à l'aise et peuvent apprendre à nager.
  • Le dessin ou la peinture
    Le dessin et le coloriage peuvent être apaisants pour ces enfants.
  • Autres : La musique, la pâtisserie, etc. 

Ces activités peuvent rentrer dans un cadre thérapeutique (équithérapie, art-thérapie, balnéothérapie...) mais sont également bénéfiques dans un cadre familial ou pédagogique classique.

Chaque enfant a des affinités particulières et il est bon de proposer à ce dernier ce qu'il apprécie le plus. C'est le concept de l'Affinity therapy, en train de se développer en France, qui vise à utiliser les atouts et attraits de l'enfant autiste comme médiation thérapeutique.

Vous souhaitez réagir, apporter votre témoignage ou poser une question ? Rendez-vous dans nos FORUMS Enfant, Psychologie ou Un médecin vous répond !

À lire aussi :

> Quand emmener son enfant chez un psy ?
>
L'art-thérapie expliquée par un pédopsychiatre


publicité