publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Autisme chez l'enfant : Les conseils de la responsable d'une association

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (08. septembre 2011)

Delphine Piloquet est responsable de l'association " Autistes sans frontières ". Elle donne de nombreux conseils pratiques...

Vers quelles aides les parents peuvent-ils se tourner ?
Les familles d'enfants autistes peuvent d'abord faire une demande auprès de la CAF (Caisse d’allocations familiales) pour obtenir l’Allocation d’Education de l’Enfant Handicapé (AEEH). Ils peuvent aussi bien sûr, se tourner vers les associations.
« Autistes sans frontières » par exemple, met en relation les familles avec un réseau de psychologues qui travaillent sur les thérapies éducatives.
La région peut également être un soutien. L'Ile-de-France a été précurseur dans le développement des formations d’accompagnement scolaire grâce aux emplois tremplin. Pour aller plus loin, on aimerait mettre en place un système de volontariat des enseignants pour accueillir un enfant autiste dans leur classe, en fonction bien sûr, du degré de son handicap.

En quoi consistent ces thérapies éducatives ?
Notre priorité absolue est le développement de la méthode qui fait ses preuves depuis 40 ans aux Etats-Unis et au Canada. Favoriser au maximum le diagnostic précoce de la maladie permet à l'enfant d'optimiser son apprentissage de la socialisation et du langage. Cela lui permet aussi de développer une certaine autonomie pour plus tard. Dès l'âge de trois ans, un travail d’apprentissage par l’imitation peut être mise en place. Cela permet à l'enfant autiste d'intégrer plus facilement les règles de base dans les relations sociales. Et bien sûr l’intégration scolaire est capitale. L’entrée à l’école primaire est un moment charnière...

Comment se déroule cette intégration scolaire pour les enfants autistes ?
Entrer en relation avec d’autres enfants permet au jeune autiste d’imiter leurs jeux et leurs attitudes sociales. Mais la présence d’un accompagnant est indispensable. Il est là pour relayer l’information auprès de l’enfant, détailler les consignes, veiller à ce qu’il partcipe en classe, en levant la main et en restant en place, par exemple. Parfois, un système de tutorat entre élèves permet de les responsabiliser, et de leur apprendre la différence.
Un environnement aménagé, comme un emploi du temps détaillé à portée de regard, est aussi un élément important pour sécuriser l’enfant dans ses repères. La thérapie éducative trouve aussi, bien sûr, sont prolongement à la maison.
Les parents prennent alors le relais. Ils peuvent par exemple, lorsqu'il s’agit d’apprendre à demander quelque chose, utiliser des cartes à pictogrammes pour les enfants non-verbaux.

Si vous voulez réagir, apporter votre témoignage... rendez-vous sur notre FORUM.


publicité