publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Autisme : Les traitements

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (01. août 2014)

Chaque enfant autiste est tellement différent de l'autre que la prise en charge se doit d'être individualisée. Il est indispensable de prendre ces enfants en charge le plus tôt possible. Car plus l'enfant est jeune, plus son cerveau est malléable. Et plus il est capable de développer des fonctions susceptibles de compenser les déficits dus à l'autisme. L' apprentissage du langage, l'acquisition d'outils de communication non-verbale, le développement des aptitudes sociales... sont les principales compétences à viser. L'objectif principal étant de favoriser, autant que faire se peut, l'intégration sociale de l'enfant. La mise en place d'un environnement rassurant autour de l'enfant, et la mise en éveil des sens de ce dernier, sont d'autres piliers incontournables des traitements de l'autisme.

La prise en charge se doit d'être multidisciplinaire, et doit impliquer les instituteurs, les pédiatres, les psychologues, les psychomotriciens, les orthophonistes, etc. Sans oublier les parents, qui restent bien entendu le pilier de la prise en charge.

Une fois les bilans réalisés (psychologique, psychomotricien, orthophonique), les traitements et suivis pourront être mis en place. C'est bien souvent le pédopsychiatre qui coordonne ces soins. En fonction de la gravité des troubles, le suivi se fait à l'hôpital (le plus souvent en hôpital de jour) ou en consultations.

Un traitement médicamenteux avec des neuroleptiques pourra être indiqué si l'enfant autiste souffre d'une attitude dangereuse pour lui-même ou pour autrui. D'autres pistes thérapeutiques médicamenteuses existent, mais restent cantonnées à la recherche : diurétique, antibiotique, ocytocine pendant la grossesse, etc.

Des associations de parents d'enfants autistes existent et peuvent offrir un soutien aux familles. Nombreux sont ceux qui se rencontrent régulièrement pour échanger leurs préoccupations. De même que certains n'hésitent pas à rentre en contact avec les équipes de chercheurs pour aider à mieux connaître la maladie et, qui sait, à la comprendre un jour.


publicité