publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

AVC (accident vasculaire cérébral) : Le témoignage d’un patient

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (27. octobre 2015)

Jacqueline âgée de 58 ans, raconte dans ce témoignage l'accident vasculaire cérébral (AVC) dont a été victime son mari.

Quels ont été les premiers symptômes de l'AVC dont a été victime votre mari ?
Heureusement, tout a été pris à temps pour mon mari. Mais la manière dont cela s'est passé est devenu un sujet de plaisanterie. Souvent, j'allais chercher mon mari à son travail pour aller déjeuner. Un jour, comme à l'ordinaire, il était là, à son bureau, très affairé sur sa machine à écrire... C'était un réfractaire de l'ordinateur ! J'arrive près de lui. Il regardait son clavier, sans en lever les yeux. Il est plutôt vif et actif, d'habitude. Là, il avait le regard absorbé par je ne sais quelle touche de son clavier. J'approche de lui et je lui dis bonjour. Il lève alors les yeux vers moi, d'un regard totalement absent et me répond : bonjour madame.

Qu'avez-vous fait ?
Au début, j'ai cru qu'il plaisantait. Les collègues qui étaient là aussi. Mais, il avait l'air si étrange que j'ai rapidement vu qu'il ne plaisantait pas. Il ne me reconnaissait plus. Je ne vous décris pas mon angoisse. Je me suis approchée, j'ai essayé de lui parler. Mais, rien. Il continuait de m'appeler madame d'un air outragé, presque. Je n'ai pas tout de suite pensé à un AVC. J'ai juste compris qu'il se passait quelque chose d'anormal. J'ai bondi sur le téléphone et j'ai appelé les urgences. Cela l'a sauvé.

Ensuite, que s'est-il passé ?
Et bien, il est arrivé à l'hôpital. Les médecins, eux, ont tout de suite pensé à un AVC. On lui a fait toutes sortes d'examens. Il avait un petit caillot dans le cerveau. Cela bouchait une artère. Mais c'était tout petit. On lui a donné un traitement tout de suite, pour dissoudre le caillot. Je ne sais plus combien de temps ça a pris, mais ce fut rapide. Il m'a vite reconnue. Depuis, il doit suivre un traitement d'anti-agrégant plaquettaire. Et c'est tout. On fait attention l'un et l'autre. Je surveille son alimentation (moins de graisses). Il a bien sûr arrêté de fumer. Et, depuis qu'il est à la retraite, il fait du sport. On ne fait pas de marches. Bref, il a une meilleure hygiène de vie que quand il travaillait. En tout cas, je peux vous dire que, maintenant, on y pense à l'AVC.


publicité