publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Bouffée délirante : Les traitements

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (31. octobre 2014)

Une bouffée délirante aiguë est une urgence. Elle impose souvent l'hospitalisation du malade contre son gré car celui-ci ne se considère pas comme délirant et refuse les soins proposés (loi du 27/06/1990).

Les traitements antipsychotiques (neuroleptiques) permettent de faire céder le délire et peuvent être administrés par voie intramusculaire si la personne refuse de les ingérer de lui-même par la bouche.

Pendant cette période d'urgence, il est recommandé d'éloigner les proches pour éviter qu'ils assistent à des scènes parfois dures, mais malheureusement nécessaires au traitement du patient. Une fois que la personne est plus calme, il est important de s'occuper des familles pour leur expliquer ce qui est arrivé à leur proche.

Après la phase aiguë, un suivi psychiatrique régulier est obligatoire même si la personne ne présente plus aucun symptôme. Le traitement sera poursuivi entre six mois à un an.

Si la personne présente des signes au delà de six mois, il peut s'agir du premier épisode d'une maladie psychiatrique. En effet, dans un tiers des cas, la bouffée délirante évolue vers une schizophrénie. Dans un autre tiers, vers un trouble bipolaire. Dans ce cas, un traitement de fond, à prendre sur le long terme, sera proposé.

Et dans le tiers restant, la bouffée délirante pourra se répéter, mais restera isolée.


publicité