publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Cancer du colon : les nouveaux médicaments

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (25. avril 2016)

Grâce à la recherche, la nouvelle avancée, en matière de cancer du côlon, ce sont les médicaments ciblés qui s'attaquent de façon plus spécifique aux cellules cancéreuses, en épargnant davantage les cellules saines. Ces thérapies ciblées doivent cependant être associées aux chimiothérapies classiques.

Ces nouveaux médicaments de thérapie ciblée sont indiqués pour les stades avancés du cancer du côlon avec des métastases.

On dispose de deux sortes de nouveaux médicaments :

> Des médicaments contre les vaisseaux qui alimentent le cancer
Ce sont les anti-angiogéniques. Leur cible n'est pas la cellule cancéreuse elle-même, mais les petits vaisseaux qui la nourrissent. Ces médicaments bloquent la formation des néo-vaisseaux, ces petits vaisseaux sanguins dont la mission est de fournir à la tumeur l'énergie dont elle a besoin pour grandir. Normalement, les petits vaisseaux se développent autour de la tumeur car cette dernière libère une protéine VEGF (Vascular Endothelial Growth Factor) qui stimule le développement des micro-vaisseaux dans la tumeur.

Le bevacizumab est un médicament, un anticorps monoclonal anti-VEGF qui bloque ou empêche la formation de vaisseaux dans la tumeur qui, privée de nutriments, finit par régresser. Il existe aussi l'aflibercept, une protéine de fusion anti-VEGF.

Ces nouveaux médicaments peuvent engendrer des effets secondaires indésirables comme une hypertension artérielle, des saignements...

 > Un médicament contre une protéine qui tend à stimuler le développement tumoral

Les cellules, saines ou non, se multiplient sous l'effet de plusieurs facteurs de croissance. L'un de ces facteurs a pour nom l'EGF : un puissant stimulant de la prolifération cellulaire qui peut être surexprimé dans certains cancers du côlon, c'est-à-dire beaucoup plus présent à la surface des cellules cancéreuses. 

Le principe du médicament est de bloquer le récepteur de l'EGF comme une clé ou un aimant dans une serrure. Ce sont les anti-EGF récepteurs. Il s'agit d'anticorps : le cetuximab ou le panitumumab dont le but est de bloquer la croissance cellulaire.

Cette thérapie anti-EGF est proposée à la carte en fonction du cancer dont on souffre. On peut prédire les cancers qui seront résistants au traitement. Après examen moléculaire de la tumeur (recherche d'une mutation), finalement environ 60% des personnes atteintes d'un cancer du côlon avec métastases pourront bénéficier de cette thérapie.

La peau étant riche en récepteur EGF, cette biothérapie entraîne des effets indésirables cutanés : boutons qui ressemble à de l'acné, peau sèche, panaris...


publicité