publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Cancer du vagin : Les causes

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (12. novembre 2014)

1- La cause la plus fréquente : l'HPV
L'HPV, le papillomavirus humain est la principale cause du cancer du vagin. Ce virus est le responsable des cancers du col de l'utérus mais aussi - dans bon nombre de cas - responsable des cancers du vagin et de la vulve. Ce virus est transmis quasi automatiquement lors des rapports sexuels. On peut même estimer que 100% des jeunes filles qui débutent leur vie sexuelle, se trouvent mises en contact avec ce virus. Cela dit, par un phénomène naturel dit de clairance, le virus est, la plupart du temps, éliminé spontanément par l'organisme. Mais ce n'est pas toujours le cas. Certaines femmes ne vont pas éliminer spontanément ce virus.

Le tabagisme est un des facteurs qui limite la clairance du virus, c'est-à-dire qui freine l'élimination naturelle du virus. Lorsque l'infection à HPV persiste, certains virus peuvent alors entraîner une cancérisation des cellules (on parle de virus oncogène).

En moyenne, on estime que le processus entre la présence du virus et le début du cancer du col de l'utérus prend une dizaine d'années. Ce processus est probablement plus long pour le cancer du vagin, ce qui explique pourquoi il survient après 60 ans.

On distingue deux grands types d'HPV : ceux qui sont oncogènes et qui vont potentiellement entraîner une cancérisation des cellules (les plus fréquents sont les HPV 16 et 18) ; et d'autres HPV qui ne provoquent jamais de cancer mais qui sont responsables de condylomes (les plus fréquents sont les HPV 6 et 11).

2- Une cause rare : l'exposition au distilbène
Il existe un cas particulier de cancer du vagin non lié à l'HPV. Il s'agit du cancer du vagin lié à l'exposition in utero au distilbène. En France, le distilbène n'a plus été prescrit aux femmes enceintes, depuis 1977. Il s'agissait d'une hormone de synthèse, notamment prescrite dans les cas de fausses couches à répétition ou d'accouchements prématurés.

Le scandale lié à ce médicament est connu et a été médiatisé. On a découvert, dans les années qui ont suivi sa prescription, des anomalies génitales, notamment chez les filles dont les mères avaient pris le traitement au distilbène. Des anomalies génitales et notamment des cancers du vagin (adénocarcinomes à cellules claires) ont aussi été découverts chez les filles dont les mères avaient pris du distilbène. Ce cancer vaginal survient le plus souvent chez de très jeunes femmes.

Mais le mal était fait et certaines jeunes filles de toute une génération, ont été concernées : des jeunes femmes nées entre 1940 et 1980. On peut donc estimer, pour les dernières, qu'elles seront en âge d'avoir des enfants jusqu'en 2015, environ. Le problème disparaîtra après cette date et l'on peut estimer, alors que le cancer du vagin ne concernera plus que les femmes âgées.


publicité