publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Cancer de l’ovaire : les symptômes

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (01. juin 2016)

Les symptômes cliniques sont variés et peu spécifiques d'une pathologie ovarienne : des symptômes digestifs comme des troubles du transit, des douleurs abdominales comme des coliques, une pesanteur, une augmentation du tour de taille ; des symptômes urinaires comme une pollakiurie (c'est-à-dire des envies fréquentes d'uriner), des mictions impérieuses, une dysurie (c'est-à-dire des troubles de la miction).

Ailleurs il peut apparaître des symptômes reflétant l'atteinte d'organes à distance : par exemple une dyspnée (c'est-à-dire des difficultés respiratoires) signant une atteinte pulmonaire, ou des pertes d'équilibre, une paralysie (etc.) signant une atteinte cérébrale, comme une thrombophlébite.

Il peut aussi exister des métrorragies (saignements après la ménopause ou saignements entre les règles).

Parfois, il n'y a aucun symptôme d'appel. La maladie est alors découverte à l'occasion d'un examen gynécologique : le médecin sent une masse latéro-utérine au toucher vaginal. Cette masse peut être difficile à localiser si la tumeur cancéreuse est de volume important et si elle envahit le petit bassin.

Il peut aussi être découvert à l'occasion d'une échographie (en en particulier échographie endo-vaginale), ou lors d'une intervention chirurgicale faite pour une toute autre raison.

Les symptômes cliniques sont trop disparates pour faire un diagnostic précis, et doivent s'associer à des examens complémentaires, en particulier une échographie.

Scanner et IRM sont effectués pour confirmer le diagnostic mais aussi pour faire un premier bilan d'extension.

Il est possible de doser des marqueurs de cancers comme le CA 125 dont les taux sont souvent normaux dans les cancers débutants. En fait, le CA 125 sert surtout à surveiller l'évolution d'un cancer de l'ovaire.


publicité