publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Cancer du rectum : les traitements

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (13. avril 2016)

Avant d'envisager tout traitement chirurgical, une rectoscopie sera demandée pour faire le diagnostic de la tumeur et évaluer son extension par rapport à la marge de l'anus.

Une fois le diagnostic de cancer du rectum confirmé, il faut faire un bilan d'extension de la tumeur. Ce bilan sera effectué grâce aux examens radiologiques classiques : IRM et scanner. Ces derniers permettent d'évaluer l'extension loco-régionale, notamment l'atteinte des organes de voisinage (prostate, urètre, vessie, uretère, vagin, utérus), le retentissement rénal ; et d'évaluer l'atteinte des ganglions qui drainent la tumeur. Et enfin, de rechercher des métastases à distance.

Le traitement est l'ablation chirurgicale du rectum.
Si la tumeur n'atteint pas l'anus, le rectum seul sera enlevé et le sphincter anal sera respecté. Une colostomie abdominale temporaire sera mise en place. Une colostomie est un anus artificiel : le colon est abouché à la peau de l'abdomen et une poche est mise en place pour recueillir les selles. Quelques temps après, une anastomose recto-anale sera réalisée, c'est-à-dire que la continuité entre le colon et l'anus sera rétablie.

Si la tumeur atteint la marge anale, l'anus sera enlevé avec le rectum, et la colostomie sera définitive. La tumeur et l'ensemble des tissus retirés pendant l'opération doivent faire l'objet d'un examen anatomopathologique en laboratoire. Cet examen permet de préciser l'étendue du cancer et de décider si un autre traitement est nécessaire après la chirurgie.

La radiothérapie est souvent associée au traitement chirurgical du cancer du rectum, le plus souvent avant l'opération, afin de réduire la taille de la tumeur. En fonction de l'extension de la tumeur, une chimiothérapie pourra la compléter.

Pour les petits cancers du rectum, la radiothérapie locale peut être suffisante pour faire disparaître la tumeur.


publicité