publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Cancer du rein : les causes

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (21. mai 2015)

Le cancer du rein peut avoir plusieurs causes, plusieurs origines. Dans la majorité des cas, il s'agit d'un cancer primitif d'un rein. Mais parfois, un cancer se développe en raison d'une ou plusieurs métastase(s) : des cellules cancéreuses provenant d'un autre organe (cancer du poumon, de la prostate, du pancréas...) sont venues coloniser un des reins, voire les deux (rare !).

Le cancer du rein est le plus souvent un cancer primitif. Des cellules cancéreuses anormales se développent dans un des deux reins. Pour les origines du cancer primitif du rein, mieux vaut parler de facteurs de risque que de causes, à proprement parler. Car les mécanismes exacts de l'apparition d'un cancer du rein, n'ont pas été élucidés.
Parmi les facteurs de risque du cancer du rein, ont été notamment recensés :
> Le tabac. Comme pour le cancer de la vessie, c'est l'un des premiers facteurs de risque.
> L' hypertension artérielle.
> L'obésité et la sédentarité. Une alimentation trop riche en graisses.
> L'hérédité.
> La maladie de Von Hippel Lindau (VHL).

Dans 85% des cas, il s'agit d'un cancer du rein à cellules claires avec 4 sous types. Ces sous types différent en fonction de cracartéristiques génétiques et biologiques propres à chaque tumeur

Lorsque le cancer du rein est diagnostiqué chez une personne jeune, ou lorsque les tumeurs sont bilatérales, il faudra penser à la maladie de Von Hippel Lindau. Il s'agit d'une maladie génétique rare. Elle peut être la cause de tumeurs dans le pancréas, les surrénales, les reins, le système nerveux central et la rétine. Il s'agit de la mutation du gène VHL du chromosome 3. Cette maladie est rare, mais pas exceptionnelle, puisqu'elle touche, en France, une personne sur 38 000 environ.

D'autres maladies rares peuvent être la cause d'un cancer du rein, comme la sclérose tubéreuse de Bourneville, où l'on rencontre à la fois des problèmes oculaires, rénaux, cardiaques, nerveux et dermatologiques.

A part, le syndrome de Sturge-Weber est une malformation vasculaire congénitale.


publicité