publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Cancer du rein : les médicaments

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (21. mai 2015)

Pour le cancer du rein, différents médicaments de thérapies ciblées sont désormais parfois prescrits. Notamment, ceux de l'immunothérapie (comme l'interleukine 2) qui agissent contre les cellules cancéreuses. Autre nouvelle famille très importante de traitements : les médicaments anti-angiogéniques peuvent être prescrits aux patients souffrant de métastases du cancer du rein. Or, le cancer du rein est diagnostiqué à un stade métastatique dans 30% des cas environ.

Jusqu'à présent, lorsqu'il y avait des métastases, le traitement était chirurgical. La métastase était retirée par la chirurgie lorsque cela était possible ou, dans le cas de métastases multiples, par l'immunothérapie (interleukine ou interferon alpha). C'était le seul traitement de référence des cancers du rein métastatiques. Les médicaments anti-angiogéniques contre le cancer du rein.

Les médicaments anti-angiogéniques

Les médicaments anti-angiogéniques s'appellent sorafenib, sunitinib, axitinib, pazopanib ou bevacizumab. Ou encore temsirolimus ou évérolimus. Ils ont pour effet de « couper les vivres » de la tumeur en bloquant l'angiogénèse, c'est-à-dire en bloquant la formation des nouveaux vaisseaux sanguins qui se forment pour alimenter (irriguer) la tumeur cancéreuse.

Ces traitements, en bouchant les néo-vaisseaux, ont pour objectif : la destruction des métastases, par manque d'irrigation.

Ces traitements ne sont pas sans inconvénients : fatigue, hypertension artérielle, syndrome pied-main (desquamation au niveau des paumes) et troubles gastriques et intestinaux. Ces médicaments sont administrés par perfusion ou par injection sous la peau, ou peuvent être pris en comprimés pour certains.

Ces médicaments ne sont pas actifs sur tous les cancers du rein. Parmi les 4 sous groupes de cancers du rein à cellules claires, ces anti-angiogéniques sont efficaces sur deux sous types, moyennent efficaces sur l'un d'entre eux, et pas efficaces sur un autre.

Les médicaments d'immunothérapie

D'autres traitements d'immunothérapie sont en train aussi d'être utilisés dans le cancer du rein à un stade évolué. Exemple : des travaux avec des nouveaux médicaments sont conduits pour empêcher des protéines de bloquer, ou de freiner la réponse de défense immunitaire comme le font malheureusement des protéines PD-1 à la surface de certains lymphocytes... En utilisant un médicament bloqueur de PD-1, le système de défense immuniatire agit beaucoup mieux. Et des résultats assez encourageants ont été enregistrés lors d'essais thérapeutiques avec nivolumab.

Découvrez cette courte vidéo dans laquelle le professeur Benoît Beuselinck, médecin oncologue, insiste sur un meilleur ciblage des 
nouveaux médicaments, sachant que l'analyse de la tumeur permet de savoir quel type de médicament anti-angiogénique est efficace... ou non. Interview donnée à l'occasion de la Mobilisation nationale contre le cancer du rein (2016).

Cancer du rein : interview d'expert


publicité