publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Cancer du sein : Les examens

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (27. mai 2015)

La mammographie est une radiographie des seins ; c'est un examen qui n'est pas (très) douloureux mais toutefois pas agréable. Les seins sont pressés entre deux plaques transparentes, un coup horizontalement, un coup verticalement ; une fois le sein droit, une fois le sein gauche.

Il vaut mieux choisir d'aller chez le radiologue pendant la période post-menstruelle, c'est-à-dire juste après les règles quand les seins sont souvent moins lourds, moins gonflés et l'examen tout à fait supportable.

La mammographie permet de visualiser le tissu mammaire ainsi que des tissus qui sont différents, en particulier d'éventuelles tumeurs bénignes ou malignes.

Si la mammographie détecte une lésion suspecte dans un sein. Que va-t-il se passer après ? Pour déterminer de quel type de cancer il s'agit, le médecin va devoir effectuer d'autres examens.

Il peut demander :
> Une échographie. Cet examen permet de mieux caractériser une lésion découverte à la mammographie. Dans des seins denses, l'échographie peut exceptionnellement découvrir une lésion non visible en mammographie.

> Une ponction cytologique. A l'aide d'une aiguille et d'une seringue, un peu de liquide va être aspiré, au niveau de la lésion. Les cellules prélevées vont être analysées, pour déterminer s'il s'agit de cellules cancéreuses ou non. L'examen s'effectue en ambulatoire (pas d' hospitalisation).

> Une microbiopsie. Il s'agit de prélever un échantillon de la tumeur. Cela se fait avec un pistolet automatique et une aiguille, sous contrôle mammographique ou échographique, sous anesthésie locale et en l'espace d'une heure, toujours en ambulatoire.

> La macrobiopsie, c'est - entre autres - le Mammotome®, de son nom commercial. C'est l'une des avancées techniques majeures de ces dernières années. La macrobiopsie se fait, également, en ambulatoire et sous anesthésie locale. Ces macrobiopsies permettent de retirer des lésions anormales, sans avoir recours à la chirurgie. Elles permettent, d'ailleurs, dans bien des cas, d'éviter une chirurgie, inutile si la lésion est 100% bénigne. La technique de prélèvement est basée sur le vide (aspiration par dépression). Le praticien effectue l'intervention avec une aiguille creuse de 3 à 4 mm de diamètre.

Attention : tous les centres anti-cancéreux ne disposent pas de cet équipement, coûteux.


publicité