publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Le cancer du testicule

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (17. février 2015)

© Jupiterimages/iStockphoto

Le cancer du testicule est une tumeur maligne, rare, qui touche habituellement un homme assez jeune. Il est parfois bilatéral. Les testicules étant des glandes palpables, la présence d'une tumeur peut théoriquement être détectée tôt dans l'évolution de la maladie.

Ce cancer peut métastaser, c'est-à-dire que les cellules cancéreuses peuvent migrer vers les ganglions et vers d'autres organes en particulier les poumons, les os.

Le cancer du testicule est en général de bon pronostic, y compris dans les formes métastatiques. La survie relative à 5 ans est quasiment à 100% pour les formes localisées, et supérieure à 70 % pour les formes métastatiques.
Le pronostic dépend cependant de son type histologique (c'est-à-dire du type de cellules constitutives du cancer), et du stade d'évolution de la maladie : la taille de la tumeur, l'existence ou non d'un envahissement ganglionnaire, et la présence ou non de métastases.

Le traitement est l'ablation du testicule atteint. La chimiothérapie ou la radiothérapie complémentaires ne sont pas toujours justifiées. Quel que soit le stade du cancer du testicule et le traitement envisagé, la surveillance après traitement est essentielle pendant plusieurs années.

La conservation du sperme est proposée car les traitements ne sont pas dépourvus d'effets secondaires et peuvent être stérilisants.
Le taux de mortalité par cancer du testicule a diminué de moitié sur les 20 dernières années, grâce à l'amélioration des traitements.

Tout comme les femmes sont invitées à s'auto-palper les seins, les hommes devraient apprendre à effectuer régulièrement une autopalpation des testicules. Ainsi, les tumeurs pourraient être détectées tôt dans leur développement et le traitement serait d'autant plus efficace.


publicité