publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Cancer du poumon (cancer bronchique) : Les causes

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (02. juin 2015)

Il existe plusieurs types de cancer du poumon. Plusieurs catégories ont été déterminées en fonction de la morphologie des cellules qui sont affectées par le cancer. L'évolution de la maladie, comme les traitements, sont différents pour chacune de ces catégories.

Les deux grands groupes de cancer sont les cancers à petites cellules et les cancers non à petites cellules.

1 - Le cancer à petites cellules concerne 15 à 20 % des patients atteints d'un cancer bronchique. C'est une forme agressive de la maladie.

2 - Le cancer du poumon non à petites cellules comprend plusieurs sous-types :
> Les adénocarcinomes (45 % des patients) touchent principalement les glandes bronchiques et les alvéoles.
> Les cancers épidermoïdes (35 %) concernent les cellules de revêtement des grosses bronches.
> Les cancers à grandes cellules indifférenciées (15 à 20 %).

Ses origines, les causes...


Le cancer primitif du poumon est un réel un problème de santé publique.
Dans 95% des cas, la cause est tabagique : fumeurs et anciens fumeurs sont concernés, de même que le sont les non-fumeurs. En effet, 5% de ces 95% sont la conséquence d'un tabagisme passif. Le cancer du poumon survient en moyenne après 20 années de tabagisme. L'âge moyen de survenue est de 63 ans. Cependant, aujourd'hui de plus en plus de femmes jeunes fument et développent un cancer de plus en plus tôt.

Le risque d'avoir un cancer du poumon chez un non-fumeur vivant aux côtés d'un fumeur invétéré est réel. Il est proportionnel à la quantité de fumée inhalée passivement. Les chiffres statistiques le prouvent.

Dans les 5% de malades restant, on retrouve d'autres causes : une exposition à des produits cancérigènes (produits volatiles tels que des solvants), une irradiation (radioactivité), une exposition à l'amiante, etc. Rares sont les cancers du poumon dont on ne retrouve aucune cause. Associées au tabac, ces causes augmentent d'autant plus le risque.

Le risque d'avoir un cancer du poumon augmente avec le nombre de cigarettes fumées dans une vie. Vous entendrez les médecins parler de « paquets/année ». Le chiffre calculé est corrélé à la quantité de tabac fumé sur une vie.

A noter que le tabac n'est pas une des seules causes du cancer du poumon, mais il est impliqué dans la survenue de nombreux autres cancers (sein, vessie, gorge...). L'incidence du cancer du poumon est de 100/100 00 par an chez les fumeurs (contre 5/100 000 par an chez les non-fumeurs).

Et les gènes ?


Contrairement au cancer du sein, il n'y a pas de forme héréditaire du cancer bronchique déterminée par un gène qui se transmet de génération en génération. Par contre, il existe bien des inégalités d'origine génétique d'un individu à l'autre face à un carcinogène (substance que l'on retrouve dans le tabac, l'amiante... et qui est à l'origine du cancer). On parle de « susceptibilité génétique ».
Effectivement, tout le monde n'a pas la même capacité à dégrader ces produits cancérigènes.

Chez certaines personnes, ces substances seront efficacement dégradées alors que chez d'autres, elles vont s'accumuler et conduire à un cancer.

Une anomalie (« polymorphisme ») au niveau des récepteurs où vient se fixer la nicotine pourrait aussi constituer une susceptibilité génétique.

Si une personne a un gène de susceptibilité vis-à-vis des substances cancérigènes du tabac mais qu'elle est non fumeuse, elle ne développera pas de cancer du poumon. De même, pour les autres types de substances cancérigènes, s'il n'y a pas d'exposition au risque.


publicité