publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Cholestase gravidique : Les traitements

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (13. novembre 2014)

Il n'existe pas de traitement pour soigner réellement la cholestase gravidique. En revanche, il existe des traitements qui peuvent lutter contre certains symptômes ou complications.

Des traitements anxiolytiques légers sont proposés le soir pour améliorer la tolérance des démangeaisons.

En cas d'atteinte de la coagulation sanguine (rare), on pratiquera une injection de vitamine K. L'acide ursodesoxycholique (une substance qui capte les acides biliaires responsables des démangeaisons) permet le plus souvent d'améliorer ces démangeaisons et les paramètres biologiques.

Cependant, à partir du moment où le diagnostic de cholestase gravidique est posé, la grossesse est étroitement surveillée. Selon la gravité de la cholestase on propose la prise en charge suivant :
> Une prise de sang régulière pour contrôler le taux d'enzymes du foie.

> Un monitoring toutes les 48 heures.

> Une hospitalisation dans les cas graves.

> Une prise de cortisone (corticoïdes) pour maturation précoce des poumons du foetus en cas de risque d' accouchement prématuré (spontané ou provoqué).

Après l' accouchement, la prise d'une contraception faiblement dosée en oestrogènes est envisagée avec le gynécologue. L'idéal étant d'attendre la normalisation des tests hépatiques. Dans le cas inverse, les tests biologiques devront être contrôlés trois mois après le début de la contraception. La récidive de la cholestase est possible en prenant la pilule, et impose alors son arrêt.

Des tests génétiques peuvent être effectués afin de diagnostiquer une éventuelle prédisposition familiale.

La grossesse suivante sera plus étroitement surveillée car la récidive de cholestase gravidique est possible.


publicité