publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Coliques néphrétiques : Les traitements

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (30. septembre 2014)

Lors d'une colique néphrétique, des traitements contre la douleur peuvent aider à soulager le patient. Parfois, il faut avoir recours à la prise de médicaments antalgiques puissants tels que la morphine.

Au cours de la crise, il ne faut pas boire contrairement à certaines idées reçues, ce, pour diminuer l'excrétion d'urine évitant ainsi d'augmenter la pression.

Parfois, il est nécessaire d'ôter le calcul. Véritable obstacle sur les voies excrétrices urinaires, il gêne l'écoulement normal de l'urine vers la vessie et provoque une augmentation de la pression en amont et sur le rein lui-même.

Le calcul peut être enlevé par voie externe par un autre traitement : la lithothrypsie, c'est-à-dire que le calcul est pulvérisé à travers la peau par des ondes. Les petits morceaux pourront alors être évacués plus facilement par les voies naturelles.

Le chirurgien urologue peut aussi envisager un traitement par voie endoscopique en passant par l'urètre puis la vessie, et en remontant dans l'uretère jusqu'au calcul qui pourra être déplacé.
Quelquefois encore, il faudra pratiquer une intervention chirurgicale classique, ouvrir l'uretère à l'endroit où se trouve le caillou et l'enlever.

Une colique néphrétique est souvent récidivante. En dehors des crises, il est nécessaire d'avoir une bonne hygiène de vie pour éviter qu'un calcul ne se reforme : éviter les déshydratations en buvant bien.


publicité