publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Dénutrition : Les traitements

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (27. novembre 2014)

Il faut réagir dès les premiers kilos perdus, si le personne ne suit pas de régime particulier. Perdre du poids sans avoir changé ses habitudes nutritionnelles, laisse à penser qu'il existe un problème spécifique... que le médecin cherchera à diagnostiquer.

A côté de cette démarche médicale, le but est d'arrêter l' amaigrissement et de recharger la masse musculaire. Et pour cela, il faut avant tout identifier la cause de la dénutrition.

Une personne dénutrie a souvent très peu d'appétit. Il ne faut donc pas qu'elle adopte le rythme traditionnel de 3 repas par jour, qui seront nécessairement insuffisants. Il est surtout important pour elle de fractionner son alimentation, c'est-à-dire, de manger plusieurs fois dans la journée (environ 6 fois).

Afin de ne pas ressentir de fatigue et de ne pas affaiblir les défenses immunitaires, il faut adapter rapidement son alimentation. Renforcer ses apports en protéines, vitamines et minéraux. Privilégier les aliments nutritifs et éviter les produits sans valeur nutritionnelle élevée (chips, bonbons, biscuits apéritifs,...).

La seconde étape du traitement consiste à enrichir son alimentation en mangeant de manière plus qualitative. Même si le sujet dénutri mange peu, il faut que chaque produit qu'il ingère soit « nutritif », le plus souvent enrichi en protéines, minéraux et vitamines.

Petite liste d'aliments à privilégier : steak haché, oeuf, poisson, produits laitiers, yaourt, poudre de lait, fromage blanc, légumes, fruits... Mais l'important est aussi de manger avec plaisir afin de retrouver l'envie de s'alimenter!

S'hydrater, on ne cesse de le rappeler, est primordial. Donc il faut boire des jus de fruits frais, du thé ou café... Mais privilégier l' eau !

Par ailleurs, une personne dénutrie présente beaucoup de carences. La prise de compliments alimentaires (minéraux, vitamines, oligoéléments) est souvent indispensable.

Cependant, il se peut que toutes ces précautions ne soient pas suffisantes et qu'il faille recourir à des suppléments nutritionnels que l'on trouve en pharmacie et qui sont très étudiés sur le plan nutritionnel. Ils sont à consommer au moins 2 heures avant chaque repas, afin de ne pas risquer de compromettre le repas suivant.

D'autres moyens de nutrition existent, mais qui ne peuvent se pratiquer qu'à l'aide de professionnels de la santé. Par exemple : l'alimentation entérale, par sonde nasogastrique, permet de nourrir la personne qui est dans l'incapacité de se nourrir.

Et quand le tube digestif n'est pas fonctionnel, on peut avoir recours à la nutrition parentérale, c'est-à-dire, une forme d'alimentation par voie intraveineuse.


publicité