publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

La dénutrition

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (27. novembre 2014)

© Jupiterimages/Photos.com

Lorsque l'on parle de dénutrition, on ne parle pas seulement d'un arrêt de l' alimentation. La dénutrition est beaucoup plus vaste et concerne à la fois les personnes qui ne s'alimentent plus, par manque d'appétit ou par peur de grossir (anorexiques), mais aussi celles qui s'alimentent mal - on parle alors de malnutrition - et les personnes souffrant d'une perte de poids due à certaines pathologies qui accélèrent le métabolisme ( maladies infectieuses sévères, cancers...).

Comme le précise le Dr Laurence Plumey, nutritionniste et auteure du Grand Livre de l'Alimentation aux éditions Eyrolles, ce n'est pas parce qu'une personne est maigre qu'elle est dénutrie. Le cas d'une personne en surpoids ou obèse qui perd beaucoup de poids est tout aussi inquiétant.

La dénutrition est donc à prendre très au sérieux car, non seulement elle peut révéler un problème de santé grave mais, de plus, la perte de poids due à la dénutrition se fait au détriment de la masse musculaire et entraîne fatigues, carences, baisse des défenses immunitaires et aggravation des pathologies sous jacentes, si elles existent...

On pourrait croire que la dénutrition est uniquement un problème des pays en voie de développement. Cependant, la dénutrition est bien présente en Europe : entre 5 à 10% de la population européenne est dénutrie.

C'est surtout dans les établissements de santé (hôpitaux, Ehpad*...) que l'on retrouve le plus de patients souffrant de dénutrition : en moyenne 20% des enfants hospitalisés ; 45% des adultes et 60% des personnes âgées hospitalisés ou vivant en Institut (chiffres de 2003). Ces proportions varient bien entendu selon le type de pathologies dont souffrent ces personnes.


publicité