publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Diabète : les traitements

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (14. février 2017)

L'objectif est de faire baisser la glycémie. Le traitement sera différent selon que le diabète est de type I ou de type II.

Le traitement du diabète de type I

La base du traitement du diabète de type I est l'insuline. Le pancréas ne sécrétant plus du tout d'insuline, il faut donc la remplacer.

L'insuline est un médicament qui s'administre par voie sous-cutanée. Il n'existe pas de comprimés d'insuline. Plusieurs injections d'insuline dans la journée sont nécessaires.

Une autre possibilité est d'utiliser une pompe à insuline qui délivre la dose d'insuline en sous-cutanée dans le ventre. L'appareil (de petite taille) est porté à la ceinture.

 

La quantité d'insuline à administrer est calculée sur les valeurs de la glycémie. Les diabétiques ont avec eux un appareil pour doser leur glycémie : ils se font une petite piqûre au bout du doigt qui fait perler une goutte de sang analysée automatiquement. En général, avant chaque piqûre d'insuline, le patient se fait une glycémie et s'injectera une dose d'insuline correspondant à la valeur de la glycémie trouvée.

A voir : le traitement par insuline expliqué en vidéo

Un traitement par insuline est prescrit aux personnes atteintes d'un diabète insulino-dépendant pour leur permettre de bien équilibrer le taux de sucre dans le sang (glycémie). Mais comment ça fonctionne exactement ?

Le traitement du diabète de type II

Le pancréas fonctionne encore un peu mais l'insuline est mal utilisée par les cellules de l'organisme. Ce sont assez souvent des personnes d'un certain âge (plus de 40 ans) qui n'ont pas ou peu d'activité physique et qui sont en surpoids ; de plus elles ont aussi des troubles du métabolisme des lipides : trop de triglycérides (hypertriglycidémie) et trop de cholestérol (hypercholestérolémie).

A noter que ce type de diabète survient parfois chez des enfants souffrant d'obésité.

Il est indispensable de manger correctement et de maigrir ; les constantes - glycémie, cholestérolémie, triglycéridémie - peuvent redevenir normales, ou bien s'améliorer, quand le poids diminue.

Le traitement médicamenteux du diabète de type II consiste à prendre des anti-diabétiques oraux qui font baisser la glycémie. Il n'est pas nécessaire de doser la glycémie tous les jours. Une glycémie est faite périodiquement pour voir si le diabète est stabilisé.

Un traitement par insuline peut être nécessaire si les médicaments oraux deviennent insuffisants. A noter qu'une nouvelle gamme de médicaments vient d'être commercialisée. Ce nouveau traitement (sous forme injectable) reproduit les actions d'une hormone normalement produite par l'intestin, et qui permet de mieux contrôler le taux de sucre dans le sang.

Voir cette vidéo de la Haute Autorité de Santé :

Une complication du traitement à éviter : l'hypoglycémie

Il ne faut pas que la glycémie baisse trop et qu'apparaisse une hypoglycémie et le risque d'un malaise, voire d'un coma hypoglycémique. Il existe des signes précurseurs que les diabétiques connaissent bien : sueurs, fatigue, faim, tremblements. Ils ont toujours avec eux du sucre qu'ils mangeront à ce moment, ce sont des sucres rapides qui passent rapidement dans le sang ; la glycémie pourra alors remonter rapidement.

C'est toute la difficulté du traitement d'un diabète : adapter le traitement pour que la glycémie soit en permanence la plus proche possible de la normale.

Les règles diététiques sont primordiales

Un patient diabétique doit avoir une alimentation adaptée et équilibrée : globalement des féculents en quantité raisonnable à chaque repas, éviter le plus possible les sucres rapides, c'est-à-dire les desserts sucrés, les bonbons, la confiture, le miel, le sucre... Et diminuer certaines graisses. Les autres groupes alimentaires : protéines (viandes, poissons, oeufs), légumes et fruits sont autorisés ainsi que les laitages non sucrés.

L'activité physique

Le sport est autorisé, c'est même une activité conseillée. L'activité physique entraînant la consommation de sucre, la glycémie baisse et permet de diminuer les doses d'insuline ou d'anti-diabétiques oraux apportés. Il est conseillé de pratiquer des sports d'endurance plutôt que violents car ceux-ci entraînent des variations brutales de la glycémie qu'il est difficile de prévoir et réguler.

L'activité physique même douce comme la marche est tout aussi utile puisqu'elle entraîne elle aussi une baisse physiologique de la glycémie.

Il faut cependant savoir que les risques d'hypoglycémie persistent plusieurs heures après l'arrêt de l'activité physique. Pour une activité pratiquée l'après-midi, une hypoglycémie risque de survenir dans la nuit qui suit.

Du sport sous contrôle médical

Quand un diabétique se met à faire du sport, il est nécessaire d'en parler à un médecin qui connaît bien la question pour lui demander conseil ; en effet, le patient doit apprendre à connaître les variations de sa glycémie en fonction de l'effort et de la durée de l'effort. Il doit apprendre à adapter son alimentation et son traitement, afin d'éviter une hypo ou une hyperglycémie.

Parfois, il sera nécessaire d'être sous surveillance médicale au début de la reprise de l'activité.

Un diabétique connu, s'il décide de reprendre une activité sportive après des années d'arrêt, doit avoir un bilan cardio-vasculaire complet avant de commencer, a fortiori s'il a un certain âge, qu'il est en surpoids mais ceci est valable pour tous, diabétiques ou non.

A voir : Le traitement du diabète en vidéo 

En l’absence de traitement, le diabète peut entraîner des complications graves. Heureusement, le diabète peut être pris en charge aujourd'hui. Explications en vidéo.

Vous souhaitez réagir, apporter votre témoignage ou poser une question ? Rendez-vous dans nos FORUMS Diabète ou Un médecin vous répond !

A lire aussi :

> Quel régime en cas de diabète ?
> Faire du sport quand on a un diabète
> Sport et diabète : 8 conseils à suivre !
> Diabète : un moyen très innovant pour contrôler sa glycémie


publicité