publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Dysgraphie : Les causes

Publié par : Dr. Ada Picard (06. novembre 2014)

Plusieurs causes peuvent participer à l'apparition d'une dysgraphie : des troubles fonctionnels comme un problème de latéralité, une mauvaise posture ou une mauvaise tenue du stylo, une mauvaise perception du schéma corporel, une immaturité psychomotrice au moment de l'apprentissage, une mauvaise perception du schéma corporel, etc.

La dysgraphie peut également être favorisée par un trouble affectif, une mauvaise entente familiale, amicale, ou professionnelle, ou encore des troubles cognitifs comme ceux liés à la dyslexie, la dysorthographie. La dysgraphie peut avoir pour cause un déficit d'attention avec ou sans hyperactivité (TDAH)... ou encore être liée à une précocité intellectuelle !

Aujourd'hui, on remarque une augmentation du nombre d'enfants souffrant de dysgraphie et de dysorthographie. Parmi les causes invoquées à cette recrudescence, on note une utilisation accrue de photocopies, de textes à trous, de tablettes tactiles... dès les petites classes. Les exercices d'écriture, notamment des lignes entières de lettres, sont de moins en moins utilisés par les enseignants en primaire.

La dysgraphie touche à 70% les enfants « précoces » car la précocité entraîne souvent un désintérêt pour les travaux écrits souvent « considérés » comme trop lents ou fastidieux. De même, les enfants intellectuellement précoces sont susceptibles de passer trop vite certaines étapes de l'apprentissage, par exemple s'ils sont amenés à sauter une ou plusieurs classes. Le niveau du développement moteur de ces enfants, n'est pas au même niveau que celui de leur pensée. C'est pourquoi les compétences graphiques se retrouvent parfois en décalage avec le niveau attendu.


publicité