publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Dystonie : Les traitements

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (04. novembre 2014)

Il existe de nombreuses pistes thérapeutiques, en fonction des cas, mais pas un médicament en particulier. Chaque personne réagit différemment. Plusieurs tentatives sont souvent nécessaires avant de trouver le traitement le mieux adapté.

1 - Les traitements médicamenteux
La plupart des médicaments utilisés, agissent sur les neuromédiateurs du système nerveux.
> Les myorelaxants : ils ont pour effet de relaxer les muscles et de soulager les crampes.
> Les anticholinergiques : ils réduisent les effets de l'acétylcholine, un neuromédiateur du système nerveux.
> Les benzodiazépines : ils agissent sur l'anxiété et soulagent les spasmes douloureux.

2 - Les injections botuliques
La toxine botulique (ou botulinique) est le traitement de référence de la dystonie focale. Cela fait plus de 25 ans qu'elle est utilisée dans cette indication (et donc pas seulement pour la médecine esthétique contre des rides !). La toxine botulique a pour effet de paralyser les muscles qui travaillent trop, de manière temporaire. Injectée dans les muscles atteints, ceux qui se contractent de manière anarchique, la toxine botulique permet de réduire la contraction excessive. Le produit agit efficacement sur la conséquence de la maladie mais pas sur sa cause.

3 - La kinésithérapie
Le traitement kinésithérapeutique consiste à renforcer les muscles qui ne travaillent pas assez. Ceux qui se trouvent à l'opposé de la contraction. Le but : récupérer l'axe naturel, lorsqu'il s'agit d'un torticolis et récupérer l'amplitude de rotation de la tête.

La kinésithérapie est essentielle dans le traitement de certaines dystonies, mais pas de toutes : dans le cas du blépharospasme, cela ne sert à rien. La kinésithérapie permet d'éviter que la raideur ne s'installe de manière définitive.

Le travail avec le kinésithérapeute s'inscrit dans la durée. Et, la plupart du temps, des exercices sont à faire à la maison : c'est l'auto-rééducation.

4 - Une opération chirurgicale
Un traitement chirurgical peut être envisagé, même s'il est réservé à des cas très précis de dystonie généralisée. Deux sortes de traitements chirurgicaux sont possibles :
> Il peut s'agir de dénerver certains muscles trop actifs (on retire les fibres nerveuses de certains groupes musculaires).

> Il peut s'agir d'implanter, dans le cerveau, de petites électrodes qui auront pour effet de bloquer, par stimulation électrique, l'activité anormale des structures cérébrales en cause dans la dystonie. L'électrode est reliée à un neuro-stimulateur généralement implanté sous la peau, près de la clavicule ou au niveau de l'abdomen. Ce traitement est réversible puisque ce système de stimulation électrique pourra être éteint ou retiré.


publicité