publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Endométriose : les conseils du médecin spécialiste

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (09. mars 2016)

Entretien avec le docteur Jean Thévenot, médecin spécialiste, gynécologue-obstétricien.

Comment expliquez-vous que cette maladie soit si difficile à diagnostiquer ?

En fait, la maladie n'est pas connue comme une maladie dégénérative. On ne pense pas qu'elle puisse dégénérer en cancer, ou très rarement. C'est peut-être un élément de réponse. Et puis les douleurs rapportées par les patientes sont des douleurs, non pas banales, mais banalisées. Les femmes se plaignent de douleurs au moment des règles, c'est relativement banal ou injustement pris en compte. Elles se plaignent aussi de douleurs au moment des rapports sexuels. Les médecins qui connaissent en fait mal cette maladie, ont tendance à poser un diagnostic de colite, ou tout simplement à ne pas prendre suffisamment en considération les plaintes de leurs patientes.

Résultat, cela traîne et c'est malheureusement quand la maladie a provoqué des lésions invalidantes qu'on la diagnostique en espérant que les adhérences n'aient pas provoqué, entre temps, une stérilité. Certaines femmes attendent parfois une dizaine d'années avant que la maladie ne soit découverte.

A quel âge les femmes sont le plus souvent concernées ?

C'est une maladie de la femme jeune, de la femme en âge de concevoir. Les douleurs apparaissent d'ailleurs bien souvent au moment de l' adolescence. La jeune fille qui entend bien des idées reçues, pense, et sa mère avec elle, que c'est une fatalité. Elle tarde donc à consulter. Et c'est en âge de concevoir, au moment où elle veut un enfant, ou lorsque les douleurs sont devenues trop violentes, ou encore totalement par hasard, que la maladie est découverte.

Cela dit, la maladie peut évoluer en plusieurs temps. Une femme enceinte, par exemple, ne souffre plus de sa maladie, le temps de sa grossesse. C'est logique : pendant qu'elle est enceinte, son endomètre est au repos. Elle n'a plus de règles. Les hormones ne sont plus sécrétées. Elle croit donc ne plus rien avoir. Mais, quelques années ou quelques mois après, cela revient.

Quel principal conseil donneriez-vous ?

Face à des douleurs pelviennes, il faut toujours envisager un diagnostic d'endométriose. C'est une maladie très fréquente et vraiment trop souvent responsable d'infertilité pour qu'elle soit négligée comme elle l'est encore aujourd'hui.



publicité