publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Endométriose : les examens

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (09. mars 2016)

C'est une maladie difficile à diagnostiquer. Pour une femme, le fait d'éprouver des douleurs au moment des règles ou des maux de ventre au moment des rapports est souvent banalisé. On parle de colite... et on évacue la question ! C'est malheureusement ainsi que l'on en arrive à des problèmes d'infertilité, qui amènent à consulter un gynécologue.

Le diagnostic peut être réalisé par un simple examen gynécologique au spéculum. Le gynécologue peut parfois voir les lésions à l'oeil nu. Un simple toucher vaginal peut également permettre de poser un diagnostic d'endométriose.

En cas de règles douloureuses ou de rapports sexuels douloureux, le médecin pratiquera un examen gynécologique si possible au moment des règles et pourra peut-être percevoir au toucher vaginal un ou plusieurs nodules douloureux au niveau de la paroi postérieure du vagin, un ovaire douloureux et/ou augmenté de volume, un utérus mal positionné .... Et qui pourraient expliquer la présence de ces douleurs.

L'examen gynécologique pourra être complété par une échographie pelvienne et/ou endovaginale pour rechercher des images de nodules d'endométriose en dehors de l'utérus. Attention : les petites lésions ne sont pas visibles à l'échographie, pas plus que les adhérences.

Il faut quelquefois pratiquer une hystérosalpingographie, c'est-à-dire une radiographie de l'utérus après y avoir injecté un produit opaque afin de visualiser la cavité utérine et les trompes : on pourra suspecter des kystes d'endométriose dans la paroi musculaire de l'utérus devant une lumière utérine déformée, on vérifiera la perméabilité des trompes : en effet, un nodule d'endométriose peut boucher la lumière d'une trompe et pourrait donner une explication à une stérilité éventuelle.

L'IRM (imagerie par résonance magnétique) est aussi un très bon examen.
Une endométriose peut aussi être découverte à l'occasion d'un bilan de stérilité.



publicité