publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Endométriose : les symptômes

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (09. mars 2016)

Les deux principaux symptômes qui amènent les femmes à consulter et à découvrir leur endométriose sont : les douleurs pelviennes et l'infertilité. Bien souvent, une endométriose peut être découverte par hasard, lors d'une appendicite, par exemple. Il s'agit d'une maladie fréquente (30 % des femmes en âge d'avoir un enfant en seraient atteintes).

Attention aux idées reçues : l'endométriose ne provoque pas systématiquement de stérilité. Seules environ 30 % des femmes touchées par la maladie auront des problèmes d'infertilité, ce qui signifie que les 2/3 restants sont généralement épargnés par le problème.

Le premier symptôme de l'endométriose est la douleur, souvent située dans le petit bassin, mais elle peut aussi apparaître au niveau de l'abdomen, du dos ; elle est présente autour de la période des règles (quelques jours avant, pendant ou les jours suivant les règles) et elle s'accompagne de règles plus ou moins abondantes, on parle de dysménorrhées ; les rapports sexuels peuvent être douloureux, on parle alors de dyspareunie.

Les médecins classent l'évolution de l'endométriose en quatre stades.

Stade 1 : Il n'y a que trois ou quatre lésions, trois ou quatre endroits où l'endomètre a migré. Ces lésions peuvent être facilement détruites sous coelioscopie (opération chirurgicale avec de fins instruments) et cela n'entraîne pas de problèmes de stérilité.

Stade 2 : Les lésions se retrouvent le plus souvent sur les ovaires où elles provoquent des kystes douloureux perturbant pour le cycle.

Stade 3 : Les lésions sont plus volumineuses et peuvent remettre en cause la fertilité.

Stade 4 : Tout le petit bassin peut se retrouver « bloqué ». Cela signifie que tous les organes peuvent porter des adhérences (ils se collent les uns aux autres). Non seulement les douleurs sont importantes et l'infertilité probable, mais, en plus, il est difficile d'opérer. Les interventions chirurgicales réparatrices sont délicates à ce stade, voire même dangereuses.

Évidemment, les grossesses font disparaître les douleurs d'endométriose puisqu'il n'y a plus de cycles ovulatoires ni de règles.



publicité