publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Erotomanie : Les symptômes

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (01. août 2014)

Les symptômes de l'érotomanie se déclinent de différentes façons. Le plus souvent, ils sont liés à une série d'interprétations, plus ou moins délirantes, des faits et gestes d'une personne. Peuvent être associées des hallucinations olfactives (odeurs) et tactiles à même de renforcer l'illusion d'être aimée.

Si cette certitude passionnée est complètement illusoire, les arguments avancés gardent le plus souvent une certaine logique. Il n'est d'ailleurs pas rare que l'érotomane ait un train de vie en apparence normal et des comportements appropriés dans quel qu'autre domaine que ce soit.

Typiquement, l'épisode d'érotomanie se déroule en trois phases, d'expressions, de symptômes, et de durée variables d'une situation à l'autre : les phases d'espoir, de dépit, puis de rancune.

1 - La phase d'espoir
Une fois que l'amour de l'autre vis-à-vis de la malade est devenu une évidence indéfectible, celle-ci se lance dans une dévotion mue par un espoir fou. Le tout à la mesure des signes d'amour qu'elle croit déceler chez cet amoureux improbable.

Qu'il s'agisse de son médecin, d'un professeur, ou d'un homme haut placé, l'érotomane n'hésitera pas à placer une énergie forcenée pour le voir, pour se faire voir, l'entendre et lui parler. Le moindre ‘signe' pourra être interprété en sa faveur comme une preuve d'amour infaillible. Il ne veut pas me parler ? C'est qu'il craint de montrer son amour en public. Exemple d'illusion, de symptôme typique : son regard s'est tourné vers moi ? J'ai lu un « je t'aime » dans ses yeux.

L'érotomane continuera à voguer sur son nuage imaginaire, jusqu'au jour où sa proie ne supportera plus ses espionnages intempestifs, ses coups de téléphones répétitifs, et ses allusions malsaines.

Au-delà de l'indifférence puis de la réprimande, il arrive que la personne 'visée' par l'érotomane porte plainte, faute de n'avoir pu freiner les ardeurs de l'érotomane. Confrontée de force aux faits, cette dernière passe d'une attitude pleine d'espoir à une phase d'intense désappointement.

2 - La phase de dépit, puis de rancune
Très vite, la déception éclate et l'obsession tourne à la dépression.
L'espoir a laissé place à une tristesse et un vide profond, plus ou moins ponctués de nouvelles tentatives de rentrer en contact avec l'objet du délire. Puis, de douleur en incompréhension, le dépit peut très vite se muer en rancune.

C'est alors que l'énergie employée pour son amour imaginaire se renverse finalement contre lui. L'érotomane explose et peut, pour se venger, devenir violente, menaçante. De coups de fils quérulents, en lettre menaçantes, en passant par des dégâts matériels, la rancune n'a parfois pas de prix. En tout cas, pas celui de la dignité. C'est pendant cette phase-là que l'agressivité, et donc la dangerosité, est la plus haute. Et c'est aussi pendant cette phase de symptômes que les soins psychiatriques sont le plus souvent entrepris.


publicité