publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Fibrillation auriculaire - fibrillation atriale : les symptômes

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (16. décembre 2014)

Généralement, le patient ressent cette anomalie des battements cardiaques de façon brutale. Il peut être victime d'un malaise, peut s'évanouir... mais parfois peut assez bien tolérer ce problème. Il arrive aussi qu'une fibrillation auriculaire soit découverte de façon assez fortuite quand le patient se plaint d'une fatigue, d'un essoufflement... Le patient ressent souvent des palpitations.

Des examens complémentaires sont indispensables. Un électrocardiogramme (ECG) et, parfois un enregistrement ECG durant 24 heures (holter), permettent de diagnostiquer ce trouble. D'autres examens peuvent être prescrits, comme une échographie cardiaque, une IRM... pour - en particulier - compléter le bilan cardio-vasculaire.

Voir cette vidéo sur la fibrillation auriculaire :

Fibrillation auriculaire: vidéo

Mais en plus de ces symptômes, en cas de fibrillation auriculaire (ou fibrillation atriale), il existe un risque majeur d'attaque cérébrale. En effet, la fibrillation auriculaire est à l'origine de risques thrombo-emboliques majeurs qui résultent de la formation de caillots dans l'oreillette, en raison de la mauvaise circulation du sang favorisant une stagnation sanguine.

Le risque le plus important est la migration d'un caillot dans une artère du cerveau, responsable d'une attaque cérébrale (accident vasculaire cérébral). 15 % des accidents vasculaires cérébraux sont dus à une fibrillation auriculaire évidente... ou parfois passée inaperçue.

A voir aussi cette vidéo, dans laquelle le Pr Leclercq parle de la fibrillation atriale :


publicité