publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Fibrome : L'opération

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (31. octobre 2015)

L'opération d'un fibrome reste une solution assez souvent proposée, surtout quand le fibrome est volumineux, ou qu'il à l'origine de douleurs ou de saignements que les médicaments n'ont pas pu atténuer. Il existe plusieurs types d'opérations qui peuvent enlever le ou les fibromes (myomectomie) ou de façon plus radicale, enlever l'utérus (hystérectomie - en cas de gros fibrome, si la femme ne veut plus d'enfant ou dans les situations pour lesquelles il s'avère impossible de faire autrement.

La laparotomie, c'est-à-dire une intervention à ventre ouvert, est la technique la plus ancienne. Elle de moins en moins pratiquée, sauf pour des fibromes volumineux, ou quand une intervention par voie basse ou par coelioscopie s'avère complexe.

La coelioscopie ou endoscopie et une technique qui date d'une trentaine d'années. Elle consiste à introduire une mini-caméra d'endoscopie dans le ventre, souvent au niveau de l'ombilic, par un petit trou d'un centimètre ; les outils d'endoscopie, pinces, ciseaux... sont des instruments minuscules ; ils sont introduits à travers des trocarts de quelques millimètres de diamètre. Cette technique est réservée à des équipes entraînées surtout pour les gros fibromes. Elle permet une hospitalisation moins longue.

Beaucoup d'équipes chirurgicales enlèvent les fibromes qui se développent à l'intérieur de l'utérus par voie naturelle (vaginale) quand cela est possible. Le ou les fibromes ne doivent pas être trop volumineux.

Une autre technique pour traiter le fibrome utérin est l'embolisation. C'est une opération qui consiste à injecter, grâce à un fin cathéter introduit au niveau du pli de l'aine, des microbilles dans les artères de l'utérus.

Ainsi, les petites artères qui irriguent le fibrome seront bouchées, « asphyxiés », ne l'alimentant plus. Les fibromes ne disparaissent pas, mais meurent et rétrécissent, stoppant ainsi les différents symptômes (compressions pelviennes douloureuses, saignements...). Et l'utérus de la patiente est ainsi conservé. Cette intervention est indiquée pour des cas bien précis, et n'est effectuée que dans une quarantaine de centres de soins en France. Elle demande un vrai savoir-faire. Cette opération est réalisée par un radiologiste interventionnel. Une hospitalisation de 24 à 48 heures avec une anesthésie péridurale prolongée peut être nécessaire, car cette technique opératoire est souvent douloureuse après.

Faut-il enlever l'utérus : hystérectomie ou non ?
En cas d'intervention chirurgicale sur un fibrome utérin, cette question peut se poser... Quand les femmes sont ménopausées ou proches de la ménopause, on peut leur proposer d'enlever l'utérus avec le ou les fibromes afin d'éviter les récidives : cette intervention s'appelle une hystérectomie. Si le col reste en place, l'hystérectomie est sub-totale. Si le col est enlevé avec l'utérus, l'hystérectomie est totale. Il est possible d'enlever aussi les trompes et les ovaires, l'hystérectomie est sub-totale ou totale et élargie.

Les chirurgiens mettront tout en oeuvre pour préserver l'utérus des femmes qui désirent des enfants. Évidemment, puisque quand l'utérus est enlevé, la stérilité est définitive.



publicité