publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Fibromyalgie : Le conseils du médecin spécialiste

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (17. novembre 2014)

Les conseils du Dr Dominique Baron*, rhumatologue au centre hospitalier de Lannion-Trestel.

Y-a-t-il un profil, une prédisposition à souffrir de fibromyalgie ?
Il ne semble pas que l'hérédité soit en cause. En revanche, au cours de nos recherches, nous avons été frappés par ce qu'on appelle un terrain prédisposant. On retrouve des traits de personnalité, et/ou des parcours de vie similaires de façon relativement constante chez beaucoup de patients. On est souvent en présence de personnes tournées vers l'autre avec un métier à composante sociale ou éducative. L'empathie, la sensibilité, l'émotivité, parfois le manque de confiance en soi, ou une mauvaise estime de soi, sont retrouvés dans la majorité des cas. Le parcours de vie peut-être émaillé de difficulté à faire face, mais c'est souvent vers 35-40 ans qu'un incident banal, le plus souvent, fait basculer dans la maladie. La fragilité émotionnelle, l'accumulation de stress psychique, somatique, conduit alors au « burn out ».

Pourquoi certains médecins « nient » la maladie, ou semblent « indisposés » par un patient atteint de fibromyalgie ?
Parce qu'il y a une constellation de symptômes, parce que les douleurs se déplacent, parce que la plainte est virulente, parce que les patientes sont souvent à bout, et à fleur de peau, parce qu'il y a souvent une composante psy, parce qu'il faut passer du temps... Et comme les examens paracliniques sont normaux, il est plus facile pour le médecin de botter en touche et d'envoyer sa patiente chez un psy !

Justement, la case « psy » doit-elle être envisagée ?
Quand elle n'est pas l'aveu d'échec du médecin ou de son impuissance, l'aide d'un psychologue ou d'un psychiatre peut être utile. Elle ne doit pas être diabolisée par le patient, cette consultation chez ce spécialiste permet de mettre en mots, et de faire réfléchir à une modification du contexte de vie. C'est aussi une première étape qui permet de choisir une psychothérapie de type comportementaliste, de la relaxation, de l'art- thérapie, ou de l'hypnose. La personne souffrant de fibromyalgie a besoin d'être aidée pour souffrir le moins possible, et je reste persuadé que les techniques de gestion du stress sont une partie importante du traitement. Elles permettent de réguler le cerveau émotionnel qui est très souvent perturbé chez ce type de patient.

Quels conseils donneriez-vous pour optimiser son traitement ?
La participation active du patient est essentielle dans le traitement de cette pathologie. Prenons l'exemple des troubles du sommeil : seule une implication du patient permet de mettre en oeuvre une véritable rééducation du sommeil, qui, elle-même est la clef pour mieux dormir. L'exemple n'est pas anodin, car il y a une relation démontrée entre les troubles du sommeil, et les douleurs diffuses avec une sensibilité accrue à la pression des zones sensibles. Dans cette optique, on comprend bien que la prise en charge des troubles du sommeil est un objectif prioritaire auquel le patient doit s'associer. De la même façon, la rééducation aux mouvements, et la lutte contre le stress ne se résument pas à la prise de médicaments, et demandent une participation active.

On parle dans ce cas « d'éducation thérapeutique »...
C'est un terme effectivement très en vogue. Il s'agit de faire comprendre au patient qu'il est toujours maître de son destin, dans la mesure où il comprend les tenants et les aboutissants de la pathologie dont il souffre. C'est pourquoi, il se doit (à lui-même) d'être rapidement autonome, dans la gestion de la douleur (médicaments, chaud, froid), de la fatigue (plages de repos, relaxation), de l'amélioration de son état (activité physique, piscine, notion de plaisir...). Le seul traitement qui marche, c'est le patient qui le met en place.


publicité