publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Fissure anale : Les traitements

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (29. juillet 2014)

La fissure anale est bénigne dans la plupart des cas, à condition d'être diagnostiquée à temps. Mais, située dans une zone intime, la consultation est souvent retardée. De plus, si votre médecin généraliste est habilité à vous examiner de la tête aux pieds, il arrive qu'une fissure anale soit d'abord diagnostiquée comme des hémorroïdes, ce qui retarde la prise en charge.

En général, les symptômes sont clairs : lorsque les douleurs anales ne passent pas, il est probable que ce soit une fissure anale. Mieux vaut s'orienter vers un médecin spécialiste : un proctologue. Spécialiste de ces questions, ce dernier pratiquera un examen sur toute la longueur du canal anal. Il vérifiera ainsi l'ampleur de la fissure et recherchera l'éventuelle présence d'une infection, d'une tumeur ou d'un cancer.

En préventif
Comme la grande majorité des cas de fissure anale proviennent de la constipation, il faut traiter cette dernière en amont :

  • Mangez des fibres ! L'ajout de fibres alimentaires dans vos repas améliorera le transit. Privilégiez donc les fruits (framboise, poire...) et légumes (surtout les légumes verts cuits comme la courgette ou l'artichaut bouilli), les légumineuses (lentilles, pois...).
  • Un médicament laxatif ou régulateur de transit ramollira les selles. Si la fissure cicatrise mal, préférez l'usage de laxatifs par voie orale.

Le fait de boire suffisamment, et de pratiquer une activité sportive régulièrement peut procurer d'autres bienfaits, mais il n'est pas prouvé scientifiquement que cela joue un rôle dans la prévention de la fissure anale.

En curatif
Votre médecin pourra également vous prescrire une crème ou une pommade cicatrisante. Celle-ci facilitera la dilatation des vaisseaux sanguins autour de la lésion et accélère la guérison. Comptez un à deux mois d'utilisation de la crème cicatrisante associée à 6 mois de régulation de transit (hygiène alimentaire et/ou médicament pour le transit) pour traiter efficacement la fissure anale et limiter le risque de récidive.

Conseil : attention aux risques d'automédication ! Il est important qu'un tel usage soit encadré par un proctologue ou un médecin généraliste. Traiter soi-même la douleur au long cours pourrait retarder, par exemple, le diagnostic d'un cancer du canal anal.



publicité