publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Fracture du bassin : Les causes

Publié par : Elide Achille (06. octobre 2014)

Conventionnellement, les fractures du bassin ne touchent pas les hanches proprement dites, car la partie du bassin participant à l'articulation de la hanche, le cotyle, fait l'objet d'une classification à part.

Il existe trois grandes catégories de fractures du bassin suivant le contexte :
> les fractures du bassin du sujet mûr, touchant plus volontiers les femmes, en raison de l' ostéoporose, et qui sont les fractures plus fréquentes ;

> les fractures des sportifs avec parfois des lésions parcellaires ;

> les fractures provoquées par un accident routier, qui sont le plus souvent des fracas pelviens entrant dans le cadre d'un polytraumatisme et qui s'accompagnent souvent de lésions viscérales graves.

D'un point de vue anatomique et mécanique, ces fractures sont classées en fractures « majeures » si elles compromettent la chaîne de transmissions de la colonne vertébrale basse vers les membres inférieurs ;

Au contraire, on parlera de fractures du bassin « mineures » lorsque la redistribution des forces de la colonne vers les membres inférieurs se trouve dans l'ensemble conservée. Ces fractures qualifiées de mineures sont les plus fréquentes et résultent en général d'une chute ou d'une contusion de violence limitée (suite à une chute à domicile, ou dans la rue, un accident de la route peu important) .
C'est sur ces derniers types de fractures que nous nous étendrons.

Ces fractures du bassin dites mineures résultent le plus souvent d'une chute banale de la hauteur de la personne elle-même. Il s'agit bien souvent d'un accident domestique (sortie de douche, lever d'un lit dans une ambiance obscure, accrochage sur un rebord de tapis...).

La personne blessée ne peut plus en général se relever, et ce, en raison à la fois de la douleur et d'une sidération de l'activité musculaire permettant à l'état normal la station debout érigée.


publicité