publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Fracture du bassin : Les traitements

Publié par : Elide Achille (06. octobre 2014)

Hormis les fractures du bassin provoquées par de gros accidents, la majorité des fractures du bassin rencontrées en pratique quotidienne courante sont dites mineures car ne s'accompagnent pas de saignement massif à l'intérieur de la cavité pelvienne, ni de lésion d'organes.

Après un examen neurologique éliminant toute paralysie des jambes, l'existence d'une rétention d' urine peut nécessiter, après échographie urinaire, la pose d'une sonde urinaire provisoire.

Immobilisation de 2 à 6 semaines
Pour ce qui est de la fracture proprement dite, une période de repos au lit la plus brève possible, et en donnant au patient des médicaments anticoagulants. Cela permettra de passer le cap douloureux avant un début de consolidation naturelle. Au terme d'un délai pouvant aller de deux à six semaines, la personne peut être assise, puis graduellement levée en utilisant au départ un déambulateur, puis des cannes anglaises.

Se posera ultérieurement le problème du traitement d'une ostéoporose sous-jacente détectée à l'occasion de cette fracture du bassin. Peut également se poser parfois chez la femme jeune (en cas de distorsion importante de l' anatomie du bassin des fractures « majeures »), une problématique obstétricale lors d'un accouchement par voie naturelle.

Une intervention chirurgicale nécessaire
Quant aux fractures du bassin majeures, elles relèvent d'un traitement en centre de traumatologie, où se trouvent réunis des compétences de réanimation et de chirurgie orthopédique lourde. En effet, ces fractures nécessitent soit la pose d'un fixateur externe dit en cadre (reconstituant la géométrie du bassin au moyen d'une charpente périphérique), soit la pose de plaques vissées par une intervention chirurgicale aux endroits de fracture.


publicité