publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Fracture du poignet : Les traitements

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (21. octobre 2014)

Les traitements d'un fractures du poignet nécessitent de se demander s'il suffit de mettre un plâtre (ou coque de résine), ou si une intervention chirurgicale est recommandée. C'est le chirurgien orthopédiste qui pose l'indication.

- Le traitement orthopédique : un plâtre (ou résine) permet d'immobiliser la fracture jusqu'à consolidation de l'os. Ce traitement est utilisé en cas de fracture pas ou peu déplacée. Une rééducation n'est pas indispensable suite à l'immobilisation, mais le patient devra utiliser prudemment son poignet pendant les semaines qui suivent.

- Le traitement chirurgical : une opération est généralement indispensable en cas de fracture du poignet déplacée. L'intervention est réalisée sous anesthésie régionale ou générale : le déplacement de la fracture est réduit et la mise en place de broches, vis ou plaque, est effectuée pour maintenir l'os.

Après l'intervention, une rééducation est généralement nécessaire.

Le chirurgien devra informer la personne opérée sur son ostéoporose (si le chirurgien l'a constatée lors de l'intervention), pour alors envisager une prise en charge spécifique : faire un examen spécifique pour quantifier et analyser correctement cette ostéoporose, et la traiter. Cela est plus souvent le cas des personnes âgées.

Une fracture du poignet nécessite en général 6 à 8 semaines d'immobilisation.

Pour les enfants, le délai de consolidation est inférieur. Les enfants sont souvent victimes de fractures du poignet peu déplacées, qui se traitent généralement par une simple immobilisation. Cependant, il peut se produire un traumatisme de la zone de croissance en même temps que la fracture du poignet, ce qui peut entraîner des altérations et des déformations. Si la zone de croissance est touchée, des régions de cette zone risquent de grandir plus vite que d'autres et des déformations vont se produire. L'enfant devra alors être surveillé jusqu'à la fin de sa croissance, à raison d'une visite médicale tous les 2 ou 3 ans.


publicité