publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

La gale : la reconnaître et savoir réagir !

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (25. novembre 2014)

© Jupiterimages/iStockphoto

Vous souffrez de démangeaisons, surtout pendant la nuit ? Et si c'était la gale ?
Cette maladie de la peau extrêmement contagieuse pour certaines formes, est provoquée par un parasite microscopique, le Sarcoptes scabiei. Heureusement, elle se soigne facilement si elle est détectée tout de suite.

Les grandes épidémies de gales ont aujourd'hui disparu, en Occident du moins. Toutefois, les foyers endémiques sont plus fréquents qu'on ne le croit, et des cas isolés de cette maladie peuvent se manifester dans toutes les classes sociales, contrairement aux idées reçues.

La transmission de la gale nécessite un contact direct avec une personne contaminée, en particulier chez les partenaires sexuels. La dissémination du parasite est favorisée par la vie en collectivité ainsi que par le manque d'hygiène. Les cas de transmission indirecte (par la literie ou les vêtements) sont exceptionnels sauf en cas de gale profuse, une forme aiguë de la maladie, qui peut toucher des personnes immunodéprimées.

Le sarcopte femelle, l'acarien responsable de la gale, s'installe dans les couches supérieures de la peau et y creuse de petites galeries, des sillons, où elle pond ses oeufs (3 à 4 par jour). La femelle meurt au bout de 30 à 60 jours. Puis les larves nouvellement écloses remontent à la surface de la peau et deviennent adultes au bout de 2 à 3 semaines. Elles fécondent à leur tour de nouvelles femelles et le cycle recommence. Dans la gale commune, le nombre de parasites présents sur le corps est d'environ dix.

Quels signes doivent alerter ? Comment en éviter la transmission ? Et quel est le meilleur traitement contre la gale ? Les réponses dans notre dossier.



publicité