publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Glaucome : les examens

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (08. septembre 2014)

Les examens complémentaires, effectués par l'ophtalmologiste, sont nécessaires pour faire le diagnostic de glaucome.
Le tonomètre permet la mesure de la pression intra-oculaire.

Autre examen : le fond d'oeil - après dilatation de la pupille avec un collyre, permet de voir l'état de la rétine qui tapisse le fond de l'oeil (c'est la pastille rouge que l'on voit dans les yeux sur des photos prises au flash) ainsi que l'état du nerf optique.

Un autre examen complémentaire, le gonioscope, mesure l'angle irido-cornéen et permet de faire le diagnostic du type de glaucome.

L'exploration du champ visuel (ou périmétrie) permet d'objectiver l'atteinte de la rétine : en effet, si des zones de la rétine sont lésées, les zones correspondantes du champ visuel seront visualisées à l'examen. Cet examen complémentaire permet de suivre l'évolution du glaucome et des dégâts qu'il occasionne.

 

Les traitements

Le traitement est essentiellement local : des collyres diminuant la production d'humeur aqueuse ou facilitant la circulation de l'humeur aqueuse sont prescrits. Attention : les collyres ont une date de péremption très courte, dès l'instant où le flacon est ouvert, il ne faut pas l'utiliser plus de 15 jours à 1 mois maximum. Il est par ailleurs indispensable de se laver les mains avec de l'eau et du savon avant d'instiller les gouttes.

Les collyres béta-bloquants sont souvent employés. Dans ce cas, il est important d'en avertir le médecin traitant, car cette molécule a également une action cardiaque et respiratoire. De même, le patient avertira l'ophtalmologiste d'éventuels antécédents cardiaques ou respiratoires ainsi que de la prise de médicaments.

Il est essentiel de suivre son traitement très régulièrement, à heures régulières. Tout comme il est indispensable de voir régulièrement l'ophtalmologiste : la surveillance se fait en analysant l'évolution de l'acuité visuelle, l'examen de la rétine et du nerf optique au fond d'oeil, le champ visuel et la mesure de la pression intra-oculaire.

Il faut aussi parler des difficultés éventuelles à suivre le traitement, ses possibles effets secondaires : malaises, troubles cardio-vasculaires, troubles oculaires, modifications de la vision. Ne pas hésiter non plus à en parler au médecin traitant !

Quand le traitement médical ne suffit pas, une petite intervention chirurgicale la trabéculoplastie favorisera l'écoulement à travers le filtre. L'iridotomie, une brèche dans l'iris, favorisera quant à elle l'écoulement de l'humeur aqueuse entre chambre postérieure et chambre antérieure.

Ces deux interventions nécessitent ensuite un suivi médical régulier. Un traitement par médicaments sera en outre toujours indispensable.

Autre intervention possible : l'ablation d'une portion de trabeculum permet le rétablissement de la circulation de l'humeur aqueuse. Par la suite un traitement médical sera malgré tout prescrit.

 

A lire aussi nos dossiers :
> Les troubles de la vision
> Le décollement de la rétine
> La cataracte
> Zoom sur les maladies des yeux 



publicité