publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Hépatite B : Le témoignage d’un patient

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (03. décembre 2014)

Le témoignage de Françoise, 55 ans, qui souffre d'une hépatite B chronique, elle a suivi différents traitements...

Racontez-nous comment a débuté la maladie.
En fait, je souffre d'une hépatite B depuis bientôt trente ans. Vous voyez, ce n'est pas récent !
J'étais extrêmement fatiguée. Je n'arrivais pas à me lever le matin. Je n'avais plus envie de rien. Je n'arrivais à rien faire, ni à travailler, ni à me balader, rien ! Même rester debout, c'était difficile.
Je suis donc allée voir mon médecin. Il m'a prescrit une analyse de sang. Et c'est là qu'on a vu ce que j'avais. La prise de sang a révélé une forte augmentation de mes transaminases, ce qui est l'un des signes d'une atteinte du foie.

Vous savez comment vous avez été contaminée ?
Non. Je ne le sais toujours pas. Peut-être lors d'un accouchement, il se peut que j'aie été transfusée. Je ne le sais pas. Peut-être par transmission sexuelle... Mon mari est porteur sain du virus.

Quels traitements avez-vous suivi ?
En 1989, l'hépatologue qui me suivait m'a proposé un traitement très lourd : interféron et vidarabine. C'était infernal. J'avais des nausées épouvantables, des diarrhées, des douleurs dans les articulations et puis, j'étais toujours aussi fatiguée. Fatiguée au point de ne pas réussir à assumer les petites tâches de la vie quotidienne. Mais le traitement a marché. Je n'avais même plus besoin de surveillance. Plus aucun signe inquiétant. Plus rien. Jusqu'en 2001 où mes transaminases sont de nouveau remontées de façon inquiétante. Là, on m'a prescrit un nouveau traitement, beaucoup plus facile à supporter. Je prends un cachet de lamivudine, chaque jour.

Et maintenant, comment allez-vous ?
Je prends toujours mon traitement de lamivudine. Je le supporte bien. Je suis juste toujours très fatiguée. Je dois faire avec cette fatigue permanente. Cela veut dire que je dois beaucoup me reposer. Je ne peux pas faire de gros efforts. Je dois respecter une hygiène de vie très rigoureuse, très saine. Je ne bois pas, je ne fume pas. Je ne peux pas faire la fête, ni de sport. Mais c'est vivable. Le seul inconvénient, et qui m'angoisse beaucoup, c'est que le traitement n'est pas efficace éternellement. Un jour ou l'autre, je devrai en changer. En tous cas, si je peux me permettre un conseil, faites-vous vacciner et faites vacciner vos enfants. C'est le seul moyen d'éviter un cancer du foie...


publicité