publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Hépatite C : Les conseils d’un médecin spécialiste

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (02. juin 2015)

Interview du professeur Victor de Ledinghen, hépatologue au CHU de Bordeaux, secrétaire général de l'Association française pour l'étude du foie (Afef). A lire les conseils de ce spécialiste de l'hépatite C...

Peut-on aujourd'hui guérir d'une hépatite C ?
Oui. Bien sûr ! En tout cas, c'est que que nous espérons tous grâce à l'arrivée de nouveaux médicaments. Depuis peu, on dispose de traitements qui ont fait beaucoup de progrès, avec une efficacité qui avoisine 90-95%, et avec peu d'effets secondaires, ne nécessitant pas d'interrompre le traitement comme cela se passait autrefois avec certains médicaments.

On a dit que ces nouveaux médicaments sont très chers, ce qui limite leur utilisation...
Oui, ces médicaments sont chers, mais heureusement leur prix baisse, tout simplement en raison de la loi du marché. En 2014, un traitement coûtait en moyenne 100 000 à 150 000 euros pour une prescription de 12 à 24 semaines. En 2015, ce traitement atteint environ 50 000 euros. La multiplication des nouveaux médicaments engendre une baisse de leur prix. Et nous en attendons encore de nouveaux très bientôt, donc les choses devraient évoluer dans le bon sens...

A côté des traitements, y a-t-il des recommandations particulières à respecter, au quotidien ?
Bien sûr. L'hygiène de vie est importante. Pas de boissons alcoolisées (ou à peine). L'alcool aggrave en effet la fibrose du foie. A côté de cela, il faut être aussi très vigilant vis-à-vis du tabac et du cannabis. On a la preuve aujourd'hui que le cannabis favorise le développement de la fibrose du foie.

Enfin, attention à sa ligne ! Un excès de poids risque d'engendrer une accumulation de graisses dans le tissu hépatique, et provoquer une stéatohépatite, également facteur d'aggravation de la fibrose. Par ailleurs, le diabète, l'excès de cholestérol ou l'hypertension artérielle doivent être bien traités. Tous ces éléments peuvent être améliorés par la prise en charge dans le cadre d'un programme d'éducation thérapeutique.

Est-ce qu'un vaccin contre l'hépatite C est en vue ?
Malheureusement non. Le virus de l'hépatite C est un virus à ARN qui est très labile, et la mise au point d'un vaccin est compliquée. Rien n'est en vue pour le moment. La mise à disposition de ces nouveaux traitements anti-viraux devraient nous permettre de voir reculer la maladie (avec de moins en moins de patients souffrant d'hépatite C), voire de l'éradiquer dans les pays riches. Mais dans les pays en voie de développement, la mise au point d'un vaccin contre l'hépatite C serait un vrai plus !

Devrait-on systématiquement proposer un dépistage de l'hépatite C à l'ensemble de la population ?
Pour l'Association française pour l'étude du foie (Afef), les recommandations faites dans un rapport dirigé par le Pr Daniel Dhumeaux, restent d'actualité ! Aujourd'hui, 75 000 personnes sont infectées par le virus de l'hépatite C, sans le savoir. Nous estimons que tous le adultes devraient se faire dépister une fois au cours de leur vie : tous les hommes entre 18 et 60 ans, et les femmes, pendant leur suivi de grossesse.

Comment se pratique ce dépistage ?
Il suffit d'aller consulter son médecin qui prescrit une prise de sang à la recherche d'anticorps anti-VHC. Si les anticorps sont positifs, on recherche alors la présence du virus de l'hépatite C.


publicité