publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Hépatite C : Les symptômes

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (02. juin 2015)

La maladie peut évoluer à bas bruit, c'est-à-dire sans signes particuliers, jusqu'à la cirrhose du foie (20% des cas), ou le cancer du foie (4 à 5% par an, chez les malades cirrhotiques).
L'hépatite C reste très souvent asymptomatique. C'est-à-dire qu'aucun symptôme ne vient alerter d'une éventuelle infection.

La maladie peut donc passer inaperçue pendant plusieurs années. Au plus, la personne infectée se plaint d'une fatigue constante, d'un état pseudo-grippal.

Dans la plupart des cas, les personnes concernées se sentent fatiguées, mais ne se sentent pas malades. D'où l'importance de demander à son médecin d'effectuer un dépistage lorsque l'on sent une fatigue de manière inexpliquée.

Parfois, dans des formes plus sévères, la maladie peut se traduire par un ictère (une jaunisse). Mais c'est rare. La maladie évolue donc, dans la plupart des cas, à bas bruit. C'est ainsi qu'elle risque de développer ses complications.

La maladie peut donc évoluer, sans symptômes particuliers, jusqu'à la cirrhose du foie, une maladie très sévère. La cirrhose peut également rester asymptomatique, pendant un certain temps, mais elle peut se décompenser et entraîner des signes et des complications parfois mortelles...
La dernière complication de l'hépatite C, c'est le cancer du foie. Cela se produit dans 4 à 5% des cas, chaque année, chez les malades atteints de cirrhose.

Le virus peut être détecté par une simple prise de sang, dès les toutes premières semaines de l'infection. Les anticorps du virus apparaissent en moins de trois mois. Dans environ 20% des cas, le virus est éliminé spontanément. On parle de guérison spontanée. Mais dans près de 80% des cas, l'infection devient chronique. C'est l'hépatite chronique C.


publicité