publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Herpès génital : Les conseils pratiques

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (29. octobre 2014)

Voici quelques conseils pratiques : 

- Se protéger
Le préservatif n'est pas fiable à 100 % pour protéger de l'herpès génital, mais cela reste une solution à privilégier si vous n'avez pas de partenaire stable. Et surtout, il protège des autres infections sexuellement transmissibles !

- Une seule serviette
Pour éviter les contaminations entre membres de la même famille, chacun doit disposer de son propre linge de bain.

- Pas de rapport pendant les crises
Lors des épisodes de récidives, on est particulièrement contagieux. Mieux vaut donc éviter les relations sexuelles pendant quelques jours.

- Se soulager dans l'eau
Pas très glamour certes mais pour apaiser les douleurs au moment de la miction, il n'y a qu'une seule solution : on conseille d'uriner directement dans l'eau.

- Eviter les crèmes
Les traitements locaux à base d'antiviraux ne sont pas efficaces. En outre, ils ont parfois tendance à retarder la cicatrisation des lésions.

Les conseils du médecin spécialiste

Interview du Pr Philippe Judlin, chef du pôle gynécologie obstétrique de la maternité régionale de Nancy.

Existe-t-il des facteurs de risque susceptibles de favoriser le développement d'un herpès génital ?

Souvent les patients culpabilisent, ils se sentent sales. Mais cette maladie peut toucher tout le monde, hommes ou femmes, jeunes ou plus âgés, quel que soit leur milieu. Contrairement au papillomavirus (responsable du cancer du col de l'utérus) qu'on attrape plus facilement au début de sa vie sexuelle, on peut être infecté par l'herpès à n'importe quel moment. Le seul facteur de risque, c'est le nombre de partenaires totaux qu'on aura dans sa vie. Car plus on aura de rapports sexuels non protégés avec des partenaires différents, plus on aura de risques d'être infecté.

Quels sont les risques de contaminer son enfant pendant la grossesse ?

Pendant les neuf mois que dure la grossesse, il n'y a quasiment aucun risque. La contamination se fait au moment de l'accouchement. Mais c'est loin d'être systématique. Pour ce faire, il faut que la mère souffre d'une première infection quelques jours seulement avant l'accouchement (une opération par césarienne peut être alors envisagée). S'il s'agit d'une récidive, le risque est moindre. Et si la mère présente une crise au cours de la grossesse, elle pourra être traitée par antiviraux. Une fois que l'enfant est né, il faut éviter qu'une personne atteinte d'herpès buccal embrasse le nourrisson.

Vous voulez échanger, partager votre expérience ou avez besoin d'un conseil ? Rendez-vous dans nos FORUMS MST ou Un médecin vous répond !


publicité