publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Hypercholestérolémie : les symptômes

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (20. janvier 2016)

Les symptômes d'une hypercholestérolémie sont inexistants au début de la maladie, tant que l'excès de cholestérol n'a pas eu le temps d'agir. Mais avec le temps, les conséquences peuvent être majeures, parfois très graves... et au bout du compte entraîner des symptômes et des problèmes particulièrement sévères.

Les conséquences de l'hypercholestérolémie se manifestent de façon progressive. Si le sang contient trop de « mauvais cholestérol » (LDL), ces petites molécules peuvent s'agglomérer en plaques dans la paroi des vaisseaux et les abîmer ou constituer ce que l'on appelle les « plaques d'athérome ». En fonction de la localisation de ces plaques d'athérome sur nos artères, différents types d'affection risque de survenir...

Les conséquences vont de la simple inflammation artérielle aux accidents vasculaires cérébraux en passant par des pathologies coronaires (les vaisseaux du coeur). L'hypercholestérolémie peut donc être à l'origine de problèmes de santé majeurs. Aussi est-il important de prévenir tout risque d'augmentation du cholestérol sanguin, et de la corriger si nécessaire.

A noter ce symptôme souvent lié à une hypercholestérolémie : un xanthome, une petite tache, plaque blanche sur la peau à l'angle des paupières. Si le médecin remarque ce symptôme cutané, il prescrit une prise de sang pour vérifier la cholestérolémie.

Le plus important est le résultat de l'analyse de sang pour savoir quelle stratégie thérapeutique mettre en place en cas d'hypercholestérolémie.

Les traitements sont décidés en fonction du résultat de HDL-cholestérol et des autres facteurs de risque associés qui sont :
> L’âge : homme de 50 ans ou plus, femme de 60 ans ou plus ;
> Les antécédents familiaux de maladie coronarienne : infarctus du myocarde ou mort subite avant 55 ans chez un parent masculin très proche du 1er degré, ou encore un infarctus du myocarde ou mort subite avant 65 ans chez un parent féminin du 1er degré ;
> Un tabagisme actuel ou arrêté il y a moins de 3 ans ;
> Une hypertension artérielle traitée ou non ;
> Un diabète de type 2 ;
> Un HDL-cholestérol < 0,40 g/l (1,0 mmol/l). A noter qu'un taux de HDL-cholestérol > 0,6 g/l (1,5 mmol/l) est considéré comme un facteur de protection.


publicité