publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Hypercholestérolémie : les traitements

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (20. janvier 2016)

C'est généralement le médecin généraliste qui prend en charge un patient souffrant d'une hypercholestérolémie, qui complète éventuellement le bilan cardio-vasculaire (recherche d'un diabète, d'une hypertension artérielle, exploration des parois artérielles...), et qui prescrit les traitements nécessaires. En fonction des résultats de ce bilan, le patient peut être aussi adressé à un cardiologue.

Pour les cas complexes, comme des hypercholestérolémies familiales sévères difficiles à traiter, un médecin nutritionniste peut être consulté.

Comme on l'a vu, l'hypercholestérolémie est évaluée en fonction des autres facteurs de risque tels que l'âge, la pression artérielle, le surpoids, les antécédents familiaux d'infarctus du myocarde ou d'angine de poitrine, la consommation de tabac, la prise de la pilule, le diabète, le taux d'HDL-cholestérol, la sédentarité. S'il est au-dessus du seuil toléré pour le patient, il faudra alors diminuer ce taux de cholestérol en excès grâce à différents traitements.

Par exemple, en prévention primaire (si la personne n'est traitée pour aucune maladie cardio-vasculaire), si le patient n'a aucun facteur de risque, son taux de LDL-cholestérol doit être inférieur à 2,20 grammes par litre. Avec plus de deux facteurs de risque cardiovasculaire, le LDL-cholestérol doit être sous 1,30 gramme par litre.

Aujourd'hui, il n'y a pas prescription systématique d'un médicament en cas de prévention primaire. Pour commencer le traitement en cas d'hypercholestérolémie, le médecin propose en premier lieu, une modification des habitudes hygiéno-diététiques.

Parmi les conseils diététiques, les plus importants sont de diminuer les acides gras saturés et trans et préférés les acides gras insaturés. En terme clair, il s'agit de diminuer la viande (surtout rouge), les oeufs, la crème, le fromage, le lait avec matières grasses... Augmenter les acides gras insaturés signifie de privilégier : les huiles d'olive, de colza, de noix... Les amandes, mais aussi les poissons sont aussi riches en acides gras insaturés. On conseille également d'avoir une alimentation riche en fibres et de consommer fruits et légumes.

Les aliements à éviter (en images) en cas d'hypercholestérolémie :

Si cela ne suffit pas, un traitement médicamenteux sous forme de statines est proposé. Par exemple, selon la Haute Autorité de Santé : "chez une personne hypertendue, en prévention primaire, une statine ayant montré son efficacité sur le risque coronarien est proposée : pour atteindre un taux de LDL-cholestérol > 1,6 g/l (4,1 mmol/l), si le patient présente un autre facteur de risque cardio-vasculaire en plus de l'hypertension".

En revanche, on prescrit généralement d'emblée un médicament en prévention secondaire : c'est-à-dire quand la personne souffre ou a souffert d'un problème cardio-vasculaire et si elle présente une hypercholestérolémie.

Par la suite, un contrôle par une prise de sang tous les 3 mois, puis tous les 6 mois et enfin une fois par an, sera alors nécessaire pour mesurer le taux de cholestérol. Le médecin vérifie aussi si la statine est bien tolérée.

A lire aussi :
> Quel régime quand on a trop de cholestérol ?
> Trop de cholestérol : quand passer au médicament ?


publicité