publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Hypertension artérielle (HTA): A la recherche d'une autre maladie

Publié par: Dr. Nicolas Evrard (24. octobre 2014)

Dans bien des cas, lorsqu'une hypertension « résiste » aux traitements, il est possible de connaître la cause de cette résistance. Les maladies à l'origine d'une hypertension secondaire ne sont pas forcément difficiles à découvrir. Un examen radiologique et une prise de sang ou une analyse d'urine suffiront souvent.

On pourra mettre en évidence, par exemple :
> Un dysfonctionnement des reins. C'est la cause la plus fréquente. Il s'agira parfois d'une insuffisance rénale, d'une atrophie d'un rein, de la sténose d'une artère rénale (un rétrécissement d'une artère, dû à un dépôt d'athérome...), ou à une déformation fibreuse des artères du rein. Le traitement de la cause permettra assez souvent de faire disparaître l'hypertension.

> Un dysfonctionnement des glandes surrénales. Ce sont des glandes situées dans la région des reins, un peu au-dessus, et qui sécrètent, entre autres, l'aldostérone, une hormone qui augmente la rétention du sel. Des traitements existent pour lutter contre l'emballement des glandes surrénales. Ce sont des médicaments à base de spironolactone, un produit antagoniste de l'aldostérone.

> Les troubles du sommeil et, notamment, le syndrome d'apnée du sommeil. L'apnée du sommeil, c'est lorsque l'on arrête de respirer pendant quelques secondes en dormant. C'est souvent le cas des ronfleurs un peu trop enveloppés.

D'après certaines études, le risque d'hypertension artérielle serait multiplié par :
- 6,8 chez les personnes souffrant d'apnée du sommeil.
- 2,3 chez les ronfleurs (mauvaise ventilation et donc réduction de l'oxygénation artérielle).
- 1,6, chez les ronfleurs ordinaires.

Donc, si vous ronflez, dites-le à votre médecin. Il devrait mesurer votre tension !


publicité